//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Cheenbury Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Don't look at me // ft.KOLL

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-18, 15:35


_ Excusez-moi ? Excusez-moi !

Tu essayais d'interpeller le serveur de ce café qui a enfin tourné sa tête dans ta direction. Mais alors qu'il allait repartir, tu le rattrapes en lui prenant le bras. Surpris, il te regarde sans comprendre mais tu lui expliques la situation, lui remettant sa mémoire à sa place :

_ Je vous ai appelé pour que je puisse prendre commande.

Le jeune homme se rappelle enfin t'avoir passé la carte et s'empresse de noter ce que tu veux sur son bloc à commande. Tu te réinstalles une fois qu'il est parti en s'excusant. Tu soupires. L'épreuve des bars, cafés et restaurants, tu la connais, et c'est toujours un vrai supplice pour toi.
Don't look at me
crois que je ne suis pas là et tu ne me verras plus
Le parfum que ta fleur émet te rend si discrète que les serveurs, ni même les autres clients, ne te remarque pas. Combien de temps restes-tu à une terrasse en rappelant à chaque fois le serveur pour réclamer ce que tu avais demandé ? Et à chaque fois tu te dis que tu aurais mieux fait de rester chez toi. Mais la cuisine, c'est pas ton fort, tu le reconnais... Et c'est toujours plus agréable de manger à l'extérieur, quelque chose qui ravi tes papilles. Même un simple café sera meilleur ici que chez toi. Hélas, ton alter est clairement un inconvénient dans ce qui semble être quelque de chose de si naturel pour n'importe qui. Tu as appris à être patiente pour ne pas t'énerver quand on oublie ta commande, quand personne n'arrive pour te donner un menu... Et finalement, tu arrives à te débrouiller.

C'est un don à double tranchant que l'application t'a donné. Tu te complais dans cette discrétion et solitude, mais c'est parfois un véritable poids. Rares sont ceux qui te remarquent et ce, malgré ton physique plutôt atypique. La fleur à ton œil n'est pas ce qu'il y a de plus courant, ainsi que ton bras mécanique qui sors ton droit d'un univers steampunk.

On apporte enfin ton café. Tu remercies poliment le serveur, te retenant de dire tout ce que tu pensais. Patience ou pas, se faire oublier n'est vraiment pas agréable dans cette situation ! Alors que tu soufflais dessus, essayant de le refroidir un peu avant de le boire, tu sens un regard insistant se poser sur toi. Paniquée par cette sensation désagréable, tu te demandes d'où peut venir ce curieux qui échappe à ton don. Tu ne peux pas supporter qu'on te fixe ainsi, ça non. Et ton œil pourpre vient de se poser sur le malotru...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The follower // the lover
LOCALISATION : Dans du code
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-19, 14:01
DON'T LOOK AT ME
FEAT BANSHEE - CAFÉ/RUE - KOLL EST INTRIGUÉ


groupe

adjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectif
UN P'TIT MOT ○ blablabla blablabla blbalbalbal blablabla bla-blablab blabalabl blabalbalabl balbal blabal bla blabablabalb balbalabl


KOLL - I
       J'adore l'agitation de ce quartier, mais parfois, dans ce monde qui bouge, il y a des exceptions.

   Je n'en fais pas partie. Moi, j'aime le bruit, la foule. Les corps qui se frôlent, se touchent malencontreusement, les voix qui tourbillonnent dans tous les sens, mots qui s'emmêlent, des regards qui se croisent... Mes journées étant assez vides, sauf lorsque je suis en tournage ou que de petits boulots pas très avouables m'ont été proposés, j'aime passer mon temps dans la rue, à regarder les gens.

"Les gens" se résumant bien souvent à de belles filles qui passent près de moi. Mais pas n'importe qu'elle fille. Pas la blonde, là, par exemple, qui tape des hanches de droite à gauche en marchant, avec ses lèvres en cul de poule, sa taille banale, son cul banal. Une femme faite de banalité ne m'intéresse pas. Je cherche quelque chose de différent, d'intrigant. De beau, mais pas forcément de manière attendue. Une vision de la beauté qui m'est bien particulière, qui ne se situe pas uniquement dans la perfection d'un visage, mais aussi dans ses contours les moins réguliers.

     Alors, en recherche constante, je marche dans les rues, laissant mon regard glisser et se poser là où l'intérêt l'attire... Mais les visages s'uniformisent, devenus plastiques et modifiables  et il m'arrive souvent de m'y perdre, voire de ne plus me retrouver dans la foule. Tout ça me donne le tournis, parfois. Alors je tente désespérément de me raccrocher à un visage, une forme inexplicable qui me sauvera de la noyade. De cette panique qui peut s'emparer de moi à n'importe quel moment : la peur que le monde soit devenu le même pour tout le monde. Que le contrôle ait réussi à s'infiltrer jusque dans notre peau pour "sécurisé" nos visages...

Mon grand blouson bleu me donne une allure plus imposante, voire balourde. Mains dans les poches, j'ai le dos un peu courbé et les yeux plissés, aveuglés par la lumière. Ma vision est affaiblie par la fatigue, par les cernes qui se creusent dans ma peau chaque jour un peu plus. Mes grandes jambes me font avancer rapidement, trop vite pour me concentrer suffisamment sur les passants, alors peu à peu, je ralentis. La foule m'engloutis, pousse et grogne. Je me faufile avec dextérité hors de la marée humaine pour avoir une meilleure vision. De l'autre côté de la route, il y a un café. Un café raffiné et agréable, qui me parait éloigné de toute agitation. Parfait comme lieu d'observation. Je me rapproche sans me presser, on ne se précipite pas. On apprécie chaque pas, chaque regard, chaque visage... Même les plus inintéressants.

En arrivant, un serveur me lance un regard méprisant. Il ne va pas me jeter dehors quand même ? Il finit par me sourire, il se force évidemment et m'invite à m'asseoir. Je m'installe confortablement en lui retournant son sourire. Il se penche élégamment pour me demander ce que je souhaite.

« Un café, s'il te plais. »

Je le tutoie, évidemment, puisque nous avons le même âge. Mais forcément il le prendra mal, parce que son petit nez retroussé est nerveux de nature. Il repart en se retenant de souffler, mais sur sa route, il s'arrête subitement en sursautant légèrement. Je fronce les sourcils, étonné aussi, en posant mon menton contre ma main, accoudée à la table. Quel clown se type. Qu'est-ce qui lui a fait peur ? Je crois qu'il commence à parler à quelqu'un, puisque son regard est fixé sur une table et que ses lèvres bougent.

Mais il est taré ?......
Je sursaute à mon tour, ma main glisse et je manque de me fracasser le visage contre la table. Je me redresse sur son siège, complètement déstabilisé. Le serveur parle à une femme qui vient juste d'apparaitre sous mes yeux !

J'adore l'agitation de ce quartier, mais parfois, dans ce monde qui bouge, il y a des exceptions. Cette femme est l'exception. Ses longs cheveux blancs sont légèrement balayés par le vent, et les cils de son œil baissés s'élargissent comme un éventail. Oui, son œil. Puisque l'autre est dissimulé sous une fleur... Original comme cache œil... Le serveur s'est éloigné, la laissant seule avec ses pensées. Sa peau est délicate, son visage doux et ses lèvres fines comme il faut. Elle se tient droite, bien habillée, femme de délicatesse et d'élégance dans chacun de ses mouvements. Je reste subjugué devant son image, qui disparait dès que ma concentration baisse...

Qu'est-ce que ça signifie ? Je détournerais un instant les yeux, qu'elle disparaitrait... Comme un fantôme. Sa peau deviendrait transparente, puis invisible... Alors je garde mon regarde mon regard sur elle, j'essaye de plonger mes yeux sous sa paupière, de sentir l'odeur de sa fleur... D'attirer son attention aussi, peut-être...



JE SUIS L'ANIMATEUR QUI VOUS FERA VOUS BOUGER LE CUL !
ET LE PLUS GENTIL ET ATTENTIONNÉ !


J'écrase en #006699
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-21, 17:45


Tu détournes le regard. Non, on ne peut pas te fixer ainsi. Tu as peut-être rêvé. Tu prends une grande inspiration, et expire, te détendant. Tu es parano, c'est tout, il faut te calmer quand même. Ton pouvoir est quand même puissant, tu as pu le constater avec le serveur, et même maintenant car personne ne semble faire attention à toi. Pas même ces gens qui veulent s'asseoir à ta table avant de se rendre compte qu'elle est prise. Ils s'excusent de ne pas t'avoir vu ce à quoi tu leur réponds que ce n'est rien. C'est tout à fait normal.
Don't look at me
crois que je ne suis pas là et tu ne me verras plus


Tu continues à boire ton café qui est devenu plus buvable, s'étant légèrement refroidi. Mais la sensation que quelqu'un t'observes te prend à nouveau. Un frisson te parcoures, mais tu te retiens de regarder autour de toi. Tu es juste parano c'est tout, il faut que tu restes zen, savoures ce café que tu tiens entre tes mains...

Non, tu ne peux pas ! Tu te retournes sur ta chaise et vois quelqu'un qui te fixe avec une concentration évidente. Cheveux blancs courts, yeux bleus, peau aussi claire que la tienne, oui tu peux le voir... comme il te voit. Tu serres les dents, mécontente. Qu'est-ce qu'il te veut celui là ? Tu te détournes à nouveau. Si tu ne croises pas son regard, il t'oubliera normalement.

Tu finis ton café, file au bar où tu déposes l'argent, ne voulant pas attendre le retour du serveur qui t'a surement encore zappé. Tu pourrais partir sans payer si tu le voulais, mais tu ne sais pas s'il y a des caméras dans le coin. Car tu n'échappes pas au regard de la technologie... Tu jettes un oeil au type qui t'observe qui est toujours là avant de rejoindre la foule qui faire vivre les rues de Gredchester.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The follower // the lover
LOCALISATION : Dans du code
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-23, 01:17
Code:
DON'T LOOK AT ME
FEAT BANSHEE - CAFÉ/RUE - KOLL EST INTRIGUÉ


groupe

adjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectif
UN P'TIT MOT ○ blablabla blablabla blbalbalbal blablabla bla-blablab blabalabl blabalbalabl balbal blabal bla blabablabalb balbalabl


KOLL - II
       Elle m'a regardé ! Si, si, son regard a cillé !

Elle est belle est mystérieuse, d'autant plus que son image essaye sans cesse m'échapper. Mais j'aime ça, je suis du genre à insister, à essayer... Même si ce doit être terrifiant pour la femme que j'ai en face de moi... Elle n'a pas l'air d'apprécier, d'ailleurs. Enfin, plus que ça, elle n'a pas l'air habituée. Elle commence à se toucher le visage, se gratter un peu, mal à l'aise. J'aurais pu croire au fantôme, mais ses regards ne trompent pas : elle est bien là, et elle m'a regardé.

ELLE M'A REGARDÉ ! SI, si, son regard a cillé ! Je l'ai vu s'échapper sur le côté. Lorsque ses yeux se sont rapidement posés sur moi, j'ai senti une vague s'emparer de mon corps. Comme si sa présence me broyait tout à coup, se présentant réellement à moi. Pas de doute, elle est bien là... Et elle m'a regardé. Comment l'ignorer après avoir senti autant de vie émaner d'elle ? A moins que ce ne soit toute sa rancune qui ait tout à coup empoigné mon cœur... Parce que je la vois ? C'est donc si étrange pour elle ?

En y réfléchissant, elle m'a tout l'air d'être ce genre de personne indécise qui veut quand elle n'a pas, qui ne veut plus quand elle a... Je ne tombe jamais sur des personnalités simples, mais tout le jeu est là... Je continue de la fixer, ignorant la colère qui converge vers moi depuis les quelques regards qu'elle me lance avant de poser ses pupilles autre part, dérangée, ébranlée dans une habitude... Pas fondamentalement agréable, j'imagine. Ce n'est pas plaisant d'être le centre de l'attention pour une fois ? De mon attention qui plus est... Ça me vexe un peu pour le coup, qu'elle m'évite autant.

"Éviter" est un euphémisme pour le coup, puisqu'elle se lève subitement, rentre à l'intérieur du café en hâte en prenant avec elle ses affaires. Je suis un peu surpris, et à la façon dont elle a reposé son café sur la table, je sens le départ précipité. Elle ne m'évite pas tellement, elle me fuit surtout... Elle ressort, à pas rapide, en fuyant mon regard, voire ma présence. Je me redresse, ne voilant même pas l'intérêt que je porte sur elle. Elle s'en va. MERDE ! Et elle s'en va à une vitesse assez hallucinante. Je me lève, faisant grincer ma chaise derrière moi.

« Votre café, Mons... ! »

Le serveur arrive avec ma commande à cet instant précis, il me bloque le passage et voulant sortir de table, je le bouscule. Le café se renverse sur l'habit du garçon, et il jette un petit cri, je lui hurle dessus en ne lui lançant pas même un regard.

« C'est possible d'être aussi maladroit dans votre métier ?! J'n'en veux plus de votre putain de café ! »

Je ne lui laisse pas le temps de réagir, le pousse de nouveau en essayant de garder la fille dans mon champ de vision. IL FAUT AU MOINS QUE J'AI SON NOM ! L'arrivée de ce serveur à la con m'a mis en rogne et l'idée de perdre cette perle me rend nerveux. Je déplace les tables sur mon passage et je me mets à courir. La fille se connait assez pour se mélanger habillement à la foule, se faisant discrète, disparaissant loin de moi... Mais elle ne me connait pas, et ne connait pas la foule autant que moi. Je me faufille, j'arrive à distinguer ses cheveux blancs qui volent, ils apparaissent un instant seulement, dans le coin de mes yeux, mais cela me suffit.

Je nage dans la foule, à contre courant, mais je suis plus rapide qu'elle. Heureusement, je n'ai pas perdu sa trâce. Je sais qu'il faut que je garde son attention, alors je l'appelle avec une voix forte et de grands gestes. Je sais que ça ne l'arrêtera pas, mais ça suffira à lui faire tourner la tête quelques fois... Je dois lui faire peur, mais la tentative de contact peut lui faire penser que j'essaye de lui dire quelque chose de plus ou moins important...

« Hé ! Attend ! Arrête-toi ! Tu as oublié quelque chose ! HÉ ! »



JE SUIS L'ANIMATEUR QUI VOUS FERA VOUS BOUGER LE CUL !
ET LE PLUS GENTIL ET ATTENTIONNÉ !


J'écrase en #006699
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Don't look at me // ft.KOLL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Cheenbury-
Sauter vers: