//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Grayham :: Chinatown Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

○ EN SAVOIR PLUS SUR LES RAGNAGNOK ! - ft. Lazarus

avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-15, 20:38

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

526 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
Ce petit endroit de Grayham est côtoyé par de nombreux japonais et chinois. Le quartier est rempli de décorations colorées aux airs asiatiques, de personnes aux origines visibles sur leur visage. La demoiselle aimait cet endroit. Il était parfait pour un rendez-vous ou un entretient professionnel car on pouvait facilement se fondre dans la foule. Et surtout, que peu de gens vous connaissent dans ce coin de la ville. Peut-être qu'ils ne s’intéressent pas à ce petit bout de femme si alléchant ? La prestigieuse voiture volante s'arrêta enfin, la route fut légèrement longue. Callie était encore coincée sur son joujou high-tech, lisant attentivement un sujet. Non, elle relisait toutes les informations connues concernant sa cible. La porte de l'engin s'ouvrit doucement, en silence. On vit un joli talon ébène pointer le bout de son nez puis la jambe dénudée de Callistine ainsi que sa petite jupe en crayon. Ses yeux balayaient l'endroit du regard avant qu'elle ne fasse signe au chauffeur de repartir. On remarquait un sac noir accroché à sa main droite, semblant contenir un tas de paperasses importantes. Si vous saviez ce qu'il y a réellement dans ce sac à main.. Les chaussures claquaient sur le trottoir paraissant aux yeux de la blonde ancien. Les grattes-ciels dévoraient les passants, les rabaissant avec leur allure hautaine. Les voix des gens se mêlaient à d'autres, créant un brouhaha tonitruant mais supportable. Tous ces gens, groupés, avaient un but différents. Les uns visitaient, s'exclamant devant les moindres nouveautés, d'autres pour prendre un peu de repos. Chinatown n'était pas le quartier le plus rempli de Daftland. Après quelques pas, la journaliste trouva enfin l'endroit tant recherché ; un café cosy et rempli de fleurs fantaisies. Le papier peint était couvert d'esquisses de bambou et la couleur dominante du cafétéria était un vert pomme. En claquant ses talons, Callistine pénétra à l'intérieur, se familiarisant un peu avec l'endroit. Il y avait quelques personnes assises dans leur coin, papotant sans faire de bruit. Le serveur se révélait être un petit japonais à la mine joviale. Elle le salua puis prit la parole sans même attendre qu'il lui propose quelque chose :   Un cappuccino chocolat avec quelques biscuits s'il vous plait, merci bien. L'asiatique qui souhaitais en caser une ferma finalement sa bouche et prit note de la commande tandis que blondie alla poser son cul dans un fauteuil. Elle réajusta sa jupe et croisa les bras en patientant, attendant son client. Il s’avérait qu'elle était arrivée cinq minutes en avance. C'était devenu une habitude - il lui arrivait parfois de prendre une heure d'avance pour être sûre d'elle. Maniaque comme elle est, ce genre de geste lui ressemble parfaitement. C'était la première fois qu'elle changeait d'endroit pour ses interviews, auparavant, Callie faisait ça dans un restaurent chic de Gredchester. En réalité.. Elle n'aimait pas du tout ce restaurent, la miss a tout fait pour changer d'endroit. Visiblement, les négociations ont bien abouti. Bon il arrive quand là ! Pestiféra la blonde en silence.  
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-16, 00:01

hunt
ft. callie


Nouvelle journée bien loin de tout devoir sur le terrain pour une fois. Doigts réalisant quelques bref gestes le long de cet hologramme t'occupant des tâches les plus rébarbatives liés à ton rang. Dossiers synthétiques défilant les un après les autres alors que tu gardais un certain regard sur l'heure. Tâche tout aussi ennuyante qui allait se profiler alors que ceci te rappelait que tu allais devoir t'occuper de cette interview des plus déplaisantes à tes yeux. Personne de terrain bien avant tout bien loin de la diplomatie, de la bonne image et autres choses à garder. Tu avais un sans disant rendez vous avec une journaliste, ce genre d'individus qui sont généralement divisés en deux catégories en leur pitoyable travail à tes yeux. Faire de la lèche comme on pouvait le dire communément ou alors des plus invivables à vouloir fouiller en des domaines qu'ils devraient ignorer pour le bien surtout. En soi qu'importe son alignement que tu ne connaissais encore, tu n'avais pas spécialement envie de t'afférer à cette tâche mais il y avait toujours des obligations, des obligations que tu ne souhaitais déléguer à d'autres. Au moins tu allais pouvoir bénéficier d'un certain divertissement même si celui-ci allait peut être se montrer déplaisant.

Poigne d'acier cachée se saisissant de ton briquet et de ton paquet de clopes, rare personne en ce bas monde à toujours consommer le tabac sous sa forme la plus basique alors que bien d'autres s'étaient tournés vers des dérivés électroniques. Tu ne tardas à quitter le siège de ragnarök, simple chemise et veste de costume par dessus, cigarette se glissant tantôt entre tes lèvres, sucette cancéreuse se laissant lécher par une flamme qui s'était crée de par magie, manifestation de ton pouvoir là où tu aurais pu sortir ton briquet au par avant. Bien loin de la cuirasse d'acier que tu arborais, bien loin de la machine faite pour briser, massacrer, exterminer, anormalement civil et surtout aisément mêlé à cette foule. Ce n'est qu'après quelques minutes que tu avais belle et bien fini par rejoindre le lieu où devait se dérouler ce rendez vous. Simple regard balayant machinalement l'endroit, soupir s'extirpant d'entre tes lèvres dès lors là où tu faisais preuve d'une totale démotivation et surtout d'une mauvaise foi difficilement dissimulée. Mains venant tantôt trouver refuge auprès de ta cigarette, nuage trouvant naissance par la suite encore et encore alors que ton regard avait fini par se poser auprès du certaine concernée, de cette fameuse gratte papier.

« - Mademoiselle, enchanté. »

Formule des plus courtoises tandis que tu t'étais permis de lui serrer la main, chair artificielle et glacée ayant trouvée refuge auprès de la paume, des doigts de la jeune femme en un basique geste. Tu commandas une quelconque boisson comme elle l'avait fait, un café court et fort par extension rien de bien extravagant des plus classiques par rapport à l'individu que tu étais.

« - Bien, libre à vous de me dire quand vous souhaitez commencer mais j'aimerai que tout ceci ne prenne pas trop de temps, je dois encore m'occuper de nombreuses choses aujourd'hui mademoiselle Denber. »

Nom décliné alors que toi aussi tu avais quelques maigres informations sur sa personne finissant par écraser les maigres restes de ta clope au cœur du cendrier face à vous deux.

« - Je ne savais pas qu'une personne si jeune allait s'occuper de mon interview aussi je pensais qu'en votre domaine les plus gros poissons étaient réservés aux plus anciens. »

Bavard quoi que tu ne l'avais jamais totalement été, violence que tu te faisais même si tu tentais enfaîte de brouiller les pistes, refléter une bonne chose par rapport à toi, par rapport à ce que tu représentais. Tu n'avais jamais été général et autrefois lieutenant général pour rien, tu n'étais pas humain mais juste une machine charnelle apte à palier à toutes les situations.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-16, 01:50

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

869 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
 Une paire de yeux alezan se posèrent sur le grand bonhomme baraqué. Il a de la prestance, de l'allure et des tas de muscles. En l'examinant, elle prit le temps pour n'epargner aucun détail. Tout était important dans le portrait physique et le visuel de la personne. C'est comme si cette technique lui permettait de lire tel dans un livre ouvert, le passé des gens.

« - Mademoiselle, enchanté. »

Un léger frisson lui parcourait l'échine quand sa voix pénétra ses oreilles et perca ses tympans. Machinalement, le fauteuil sur lequel était posée la jeune femme se recula et elle se releva, dans toute sa splendeur quotidienne. Callistine connaît parfaitement la politesse et a l'a durement apprise au sein de sa famille aisée. Aucune erreur n'était tolérée, tout était surveillé au millimètre près et soigneusement quadrillé.

- Monsieur ,répliqua la journaliste avec une voix claire et mélodieuse

Ses hanches sont miraculeusement bien marquées grâce au tailleur des plus coûteux et une jupe crayon enveloppe ses cuisses et son postérieur sur lequel se sont déjà posés des tas de regards aguicheurs. La panoplie dans laquelle est vêtue la journaliste est terne, la seule source de couleur dans cet ensemble est sa chevelure blonde qui cascade sur ses épaules et s'arrête à sa clavicule. Même cette dernière est maîtrisée et parfaitement ajustée en une tresse en épi de blé. La silhouette de la demoiselle reste pourtant typique et simple, seul son visage demeure attrayant. Callie sent alors, étrangement, cette main froide et épaisse serrer la sienne rapidement. À cet instant, un sourire se fend sur ses lèvres rosées. Elle connaît tant de choses sur ce personnage pourtant si inconnu, ne l'ayant en vérité jamais côtoyé. Et il se souviendrait parfaitement d'elle si elle lui remettait les idées claires en place. Cette idée n'était pas mise de côté et restait coincée dans son esprit. Pourquoi ne pas jouer ? Lazarus avait commandé un café qui lui ressemblait tandis que Blondie tapottait sur son gadget futuriste. L'objet émettait un petit bip gênant à chaque pression, ce qui la fit soupirer.

« - Bien, libre à vous de me dire quand vous souhaitez commencer mais j'aimerai que tout ceci ne prenne pas trop de temps, je dois encore m'occuper de nombreuses choses aujourd'hui mademoiselle Denber. »

- Ne vous inquiétez pas, je sais parfaitement que vous avez des tas d'occupations.

C'est avec un soupçon de sarcasme qu'elle se permet de lâcher cette phrase. Pourtant, il ne peut pas lui en vouloir pour autant. Callie ne se montre guère agressive ou même vulgaire ; elle joue avec les mots. "Occupations" avait des tas de sens mais un seul correspondait à la perfection à la phrase. Ayant fini de trifouiller son engin accroché à son poignet, elle releva la tête vers Lazarus. C'est à ce moment précis que la cible prit la parole sans son autorisation.

« - Je ne savais pas qu'une personne si jeune allait s'occuper de mon interview aussi je pensais qu'en votre domaine les plus gros poissons étaient réservés aux plus anciens. »

Osait-il la sous-estimer ? Le colosse joue avec le feu ! Regard ardent, froncement de sourcil puis gloussements ironiques. Sous-estimer une étoile de la ville, sous-estimer l'Élite ! Peut-être que même après avoir vécu une quarantaine d'années, on ne lui a toujours pas appris les valeurs. Vu son gabarit, il ne doit pas vraiment avoir autre chose que des tas de muscles. La ruse est bien le meilleur ami de la demoiselle. C'est en vérité son pouvoir auquel ne résiste aucun homme. Aveuglante et regorgeant de venin, qualifiée au millimètre près. Callistine avait de l'expérience dans le domaine et savait exploiter n'importe quelle source d'informations pour la tourner à son avantage. La miss tient en laisse des tas de gens à cause d'une phrase en trop pour laquelle ils doivent a present payer cher.

- Je vois que vous avez consulté les blogs créés à mon effigie. Petite pause. Je ne suis certe pas ancienne mais j'ai assez d'expérience dans le domaine, ne vous inquiétez pas. Oh, pour commencer, comment puis-je réellement vous appeler ? Lazarus reste encore un pseudonyme vague, nos lecteurs espèrent vous connaître un peu plus. D'où vient ce pseudonyme d'ailleurs ? Revelez-vous, monsieur.

La tonalité qu'elle avait employé était assez froide pour rendre l'atmosphère encore plus tendue. La jeune femme tentait de se montrer diplomate et professionnelle surtout. Mais, pour compenser le tout, Callistine s'arma d'un sourire élégant en croisant les jambes. Le microphone était activé mais ce n'était qu'un détail futile. Il fallait que notre cher Mr. Lazarus nous confie toute sa vie sans trop stresser à ne pas trop en révéler. En deux trois mouvements, quelques clichés du Ragnarök furent pris à la volée. La technologie de l'époque garantissait tout de même une haute qualité des photos et des détails époustouflants. Sur la petite table demeurait une tablette tactile transparente au verrouillage performant. Une longue liste y était visible, sans pour autant qu'on puisse lire les questions - le verouillage ne le permettait pas. Ce n'était à vrai dire pas la chose la plus importante à regarder. Callie attirait beaucoup l'attention du trentenaire avec ses sourires faux et son don pour la comédie.
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-16, 03:54

hunt
ft. callie


Dernière parole qu'elle semblait relativement avoir mal prise même si elle arrivait plus ou moins à le cacher, ton te faisant passer ce message malgré tout. En temps normal tu te serais permis une remarque des plus sarcastiques mais le but de cette discussion n'était pas de te dépeindre sous un quelconque aspect des plus mauvais. Désagréable divertissement allant commencer d'un moment à l'autre tandis que vos boissons respectives avaient fini par trouver place face à vous. Tu n'en avais qu'à faire après tout de cette tablette face à toi, au final tu n'avais qu'une seule et unique pensée en ce moment, terminer tout ceci rapidement qu'importe les sujets qu'elle comptait aborder. La langue de bois, tu pouvais la faire aisément là où il serait parfaitement compréhensible pour le civil lambda que tu gardes le silence par rapport aux palabres de la journaliste. Certaines choses resteront à jamais reclus, closes et inaccessibles pour la foule, secrets, autres situations camouflés en bavures, tenir les gens dans l'ignorance c'était une nécessitée. Quelques mots bien placés et bien plus, c'est tout ce qu'il te fallait pour t'en sortir ou plutôt simplement te balader sans risque quoi que ce soit. Tu ne doutais pas que la concernée face à toi ne tarderait cependant à se montrer dérangeante en ses propos.

C'est donc maintenant que tout commença, une toute première question, rien de bien pointilleux, rien de contrariant, quelque chose de banal ni plus ni moins. Une question sur ce qui était ton surnom ou peut être ton nom, qui pouvait prétendre la réelle utilité de ce terme qui servait à te dénommer. Tu n'avais cependant point spécialement envie d'entrer en les détails qu'importe l'individu face à toi, qu'importe le joli minois qui pouvait te concéder un sourire. Certaines choses restent privés ou alors évasives car après tout qui peu se permettre de fouiller sans la moindre gêne en la mémoire, au cœur du passé de tout autre.

« - Lazarus suffira amplement même si vous souhaitez un tout autre nom, certaines choses sont pour le public, d'autres non. »

Toutes premières palabres que tu lui avais dès lors concédé alors que tu te permis de brièvement te délecter de ton breuvage l'espace de quelques secondes. Il était temps malgré tout de lui répondre de face un tant soit peu plus précise, quelque chose d'intéressant mais guère plus après tout il fallait bien qu'elle se contente de ce qu'elle allait obtenir.

« - Je vais vous expliquer le pourquoi du comment, aujourd'hui il est encore très rare de trouver une personne religieuse mais certaine référence restent vous voyez. Lazarus dans la bible était un mort que Jésus aurait ramené à la vie. Je pense qu'il est aisé de faire le parallèle avec aujourd'hui, à une époque j'ai été victime d'un accident qui aurait pu être létale pour bien d'autres mais disons que j'ai eu un peu de chance. Du moins j'ai survécu mais je me suis retrouvé dans un lit d’hôpital, la colonne vertébrale broyée, les bras complètement massacrés et ceci est encore un euphémisme, vous pouvez rajouter à cela quelques autres blessures superficielles en comparaison. Je pense qu'avec la technologie d'aujourd'hui inutile de vous faire un dessin sur la suite, il y a de cela quelques centaines d'années j'aurai fini ma vie sur un lit à attendre qu'on porte la cuillère à mes lèvres pour que je puisse manger, la cybernétique m'a offert une échappatoire. »

Il était inutile de rentrer dans les détails et il était toujours fortement fâcheux de raviver cet histoire, réveiller les souvenirs d'un corps autrefois délabré. Les séances de rééducation difficile accompagnant tout ceci tout comme les premières tentatives de synchronisation entre l'organisme et la machine. Passer de surcroît quasiment plusieurs semaines à réapprendre à marcher ou encore à tenir un verre sans le broyer avec la force surhumaine conférée par l'acier. Tout ceci pouvait avoir des avantages mais il y avait toujours un tribut comme pour ne citer que simplement le fait que tu n'étais que glace au touché en une grande partie de ton être, jambes et tête étant les celles parcelles produisant encore une certaine chaleur humaine.

« - Je ne vais pas rentrer dans les détails cependant qu'importe les sourires qui peuvent embellir votre joli minois mais disons qu'il est douloureux de revenir sur ces détails. »

Joli minois peut être mais est ce que cela t'importe ? Peut être que oui tout comme non dans tous les cas elle allait devoir se contenter de cela ni plus ni moins.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-17, 13:28

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

591 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
 Le cappuccino que la demoiselle avait commandé est resté intacte, toute sa concentration était tournée vers Lazarus. Elle devait écouter ce qu’il avait à lui dire et réfléchir en même temps aux questions préparées ainsi qu’aux questions potentiellement intéressantes. Un travail compliqué, diraient les autres gens, mais pour Callie c’est un petit jeu d’enfant. Ce genre de rendez-vous important faisait parti de son quotidien et maintenant, plus rien ne l’étonnait dans ce métier.

« - Je vais vous expliquer le pourquoi du comment, aujourd'hui il est encore très rare de trouver une personne religieuse mais certaine référence restent vous voyez. Lazarus dans la bible était un mort que Jésus aurait ramené à la vie. Je pense qu'il est aisé de faire le parallèle avec aujourd'hui, à une époque j'ai été victime d'un accident qui aurait pu être létale pour bien d'autres mais disons que j'ai eu un peu de chance. Du moins j'ai survécu mais je me suis retrouvé dans un lit d’hôpital, la colonne vertébrale broyée, les bras complètement massacrés et ceci est encore un euphémisme, vous pouvez rajouter à cela quelques autres blessures superficielles en comparaison. Je pense qu'avec la technologie d'aujourd'hui inutile de vous faire un dessin sur la suite, il y a de cela quelques centaines d'années j'aurai fini ma vie sur un lit à attendre qu'on porte la cuillère à mes lèvres pour que je puisse manger, la cybernétique m'a offert une échappatoire. »

Tandis qu’elle écoutait ce qu’il avait à dire, sa panoplie high-tech se contentait d’enregistrer ces informations et des mots apparaissent sur la tablette. Des lettres puis des mots et enfin des phrases, la reconnaissance vocale de l’époque était déjà très avancée et était parfaitement capable de retranscrire n’importe quel son. Détendue et toujours armée de son sourire couleur ivoire, la demoiselle opina calmement de tête, faisant mine de s'intéresser à ce qu’il lui raconte. Ses clients réclament un peu plus que des histoires religieuses ! Au moins, elle sait d’où lui viennent ces membres en acier. Elle espérait qu’il en rajoute un peu plus, qu’il se montre coopératif mais visiblement, son charme ne fait pas assez effet.

« - Je ne vais pas rentrer dans les détails cependant qu'importe les sourires qui peuvent embellir votre joli minois mais disons qu'il est douloureux de revenir sur ces détails. »


- Je comprend parfaitement, Monsieur. Ces souvenirs ont dû être atrocement douloureux et je ne vais pas m’attarder là-dessus.

La journaliste n’était pas vraiment ironique ou, du moins elle essayait de ne pas l’être. Ses sourires ne font pas vraiment effet ? Elle ne possède pas seulement des sourires mais bien d’autres facettes si chaleureuses auxquelles n’importe quel homme ne peut refuser. Quand on la regarde bien, Callie semblait adopter une autre stratégie, essayant par la ruse.

- Avez-vous des attirances pour les hommes ?  

Non, c’est pas la ruse qu’elle adoptait.. Enfin si.. Bref, sa technique était assez particulière. Tentant de se montrer inférieure à sa cible et paraître niaise à souhait, voilà son but. Des questions assez gênantes défilaient et elle choisissait celles qu’il faut placer au bon moment. Celle-ci était un peu osée mais inévitable. Les lecteurs de son journal raffolaient d’histoires de cul et scandales de cœur. C’est ce qui attirait le plus le public à vrai dire. En attendant sa réponse, la jeune femme s'humidifia les lèvres avec sa boisson favorite, sucrée à souhait, évitant de tâcher ses vêtements raffinés.
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-17, 19:45

hunt
ft. callie


Ennuyeux, oui c'était sans doute le terme qui décrivait cet instant même si tu t'y étais attendu en réalité. Les interviews pouvaient se montrer captivantes parfois mais dans ce cas précis cela en était bien divergeant. Tu étais un militaire, une machine, une chose faite pour capturer au mieux, tuer au pire. Tu n'avais rien de la star people décadente de nos jours qui n'ont pour certaines aucun précepte. Même si tu continuais d'afficher un léger sourire, des plus faux malgré tout même si cette situation était bien moins déplaisante que ton quotidien administratif, homme de terrain avant tout qu'importe ton rang. Tu le savais qu'elle était déçu de par les réponses que tu lui avais fourni, il n'y avait rien apte en tes palabres à créer un quelconque scandale, une chose exploitable contre toi et contre Ragnarök en général. Doigts pianotant machinalement le long de ton fauteuil mêlant ennui et désir d'en finir relativement rapidement elle ne tarda donc à poser une nouvelle parole qui t'arracha un fugace sourire d'étonnement et surtout d'amusement même si tout ceci restait masqué au mieux. Des questions sur ta propre personne et ta vie privée, c'était sans doute bien mieux que de multiples requêtes vis à vis des activités de la branche dont tu t'occupais et l'on en passait.

C'est en buvant une nouvelle fois en ta tasse que tu finis par la suite à répondre aux paroles de la jeune femme qui avaient tout de la presse à scandale en général, de la presse à scandale bas de gamme qui plaisait à la plèbe bien loin des préoccupations politiques dans lesquels tu baignais.  

« - Autant faire court, non. »

Doigts venant dès lors se saisir en ta poche de ton paquet de cigarette, l'extirpant alors qu'un bâton de tabac ne tarda à en sortir par la suite machinalement. Le gardant entre tes doigts alors que l'emballage lui retrouva place auprès de toi, au cœur de ta veste. Tu n'avais pris la peine de chercher ton briquet même si par réflexe il t'accompagnait en permanence. D'ailleurs tu comptais bien un tant soit peu étoffer ta précédente réponse afin que celle-ci ne paresse trop maigre pour la journaliste et plus de temps tu parlais moins elle en aurait pour te questionner en retour selon ta vision tout simplement.

« - J'ai toujours préféré les formes des femmes, une silhouette aguicheuse avec tout ce qui la rend féminine de ce côté là. »

La désignant d'un bref geste, du bout de ta cigarette en quelque sorte. Cherchant peut être à lui faire comprendre qu'elle en était l'exemple même quoi que après comme tout homme tu avais tes préférences, les goûts et les couloirs comme l'on dit basiquement. C'était sans doute l'une des seules choses que tu regrettais en ton devoir, l'absence en quelque sorte de vie privée même si celle-ci pouvait toujours prétendre avoir une certaine place il fallait faire des choix. Du moins cela était ta conception des choses, une conception qui variait d'une personne à l'autre. Tu portas brièvement ton regard sur la tablette qui saisissait chacune de tes paroles puis d'un battement de cils tu te permis de t'amuser avec celle-ci de par ton don, sans n'avoir à la toucher.

« - Et j'ai envie de dire que vous êtes l'un des exemples qui justifie pourquoi je préfère les femmes, mademoiselle Denber. »

Lèvres étirés en un sourire, paroles qui ne furent accaparés par la saisi vocale, la réactivant par la suite toujours à distance sans éveiller un quelconque soupçon tu conclus sur ceci.

« - Cela vous dérange si je fume ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-19, 18:54

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

914 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
Elle appréciait le cappuccino brûlant qui venait effleurer ses lèvres et glisser dans sa gorge. Des doigts garnis d'ongles longs et soignés vinrent saisir l'anse de la tasse aux motifs divers et variés. La moitié du liquide initial a visiblement été consommée à la hâte, le goût du breuvage étant délicieusement sucré. Le sucre plaît à tous et surtout à la demoiselle qui raffole de saveurs tendres. Buvant une gorgée certes, mais ce n'est pas pour autant qu'elle a quitté  des yeux Lazarus. Ne faisant jamais son travail à moitié, il lui fallait des informations plus que concluantes pour son public. C'est alors qu'il ouvrit sa bouche pour lui livrer une réponse qu'elle connaissait déjà.

« - Autant faire court, non. »


C'est tout ce qu'elle attendait de sa part. A quoi servait la question, alors ? Juste pour l'intimider, c'est tout. Tandis qu'elle acquiesça en silence, elle porta une légère attention à son paquet de cigarettes.

« - J'ai toujours préféré les formes des femmes, une silhouette aguicheuse avec tout ce qui la rend féminine de ce côté là. »

Il l'avait pointée en prononçant sa phrase, avec son petit tube de nicotine couramment appelé cigarette - ou bien dose de cancer, au choix. Le visage de Callie devenait petit à petit plus éclairé, cette fois-ci, le grand colosse eût droit à une esquisse faussement gênée. Et ce même sourire monotone et pourtant si attendrissant.

- J'ai vu plusieurs hommes qui possèdent une carrure réciproque à la vôtre et qui se révèlent coureurs de pantalons. Ce n'est pas pour autant que je ne respecte pas leurs choix, bien au contraire.

Cette remarque était un peu osée mais il fallait bien que la demoiselle se permette quelque chose. Et s'il l'était vraiment ? On est jamais à l'abris d'une quelconque révélation - plutôt mourir que de recevoir une information réellement exploitable de sa part. Tandis que les deux individus conversaient sagement de leur côté, le mi-bar mi-café se remplissait petit à petit. En apercevant soudainement le tas de personnes qui venaient de s'installer, Callie consulta d'un geste détendu sa montre - celle-ci indiquait aussi la température extérieure, les restaurants les plus proches ainsi que la carte du café dans lequel elle se trouvait. "12:39" étaient les caractères visibles sur son outil indispensable - sa montre. Il est l'heure de déjeuner et de prendre quelque chose à grignoter avant de retourner au boulot pour les gens du coin. Il y avait en réalité plus de touristes que de vrais habitants de ce quartier.

« - Et j'ai envie de dire que vous êtes l'un des exemples qui justifie pourquoi je préfère les femmes, mademoiselle Denber. »

Devrait-elle être vraiment flattée par cette remarque de rien du tout ? Sur ce coup-ci, oui. Un petit gloussement cristallin était audible, léger et particulièrement supportable par rapport aux rires que peuvent avoir certaines femmes. Quelques unes émettent même des bruits d'animaux parfois gênants. Satisfaite, elle croyait avoir enregistré cette croustillante parole, sans avoir besoin de vérifier elle continua.

- Vous savez, il y a un tas de femmes qui sont beaucoup plus resplendissantes que moi. Mais merci pour cette délicate attention, j'en suis flattée.

Sans vraiment s'y attarder, elle fit une légère pause. Lui laissant sûrement le temps de répondre à sa remarque et même s'il n'y répond pas, ça ne sera pas une grande perte. Avec lenteur, Callistine s'était accoudée à la table en soutenant son menton finement dessiné et appuyé sur sa main. Elle plongeait son regard avide dans celui de Lazarus comme pour tenter de le faire faillir de ses mimiques alliciantes.

« - Cela vous dérange si je fume ? »

- Non non, allez-y.

La journaliste n'aimait pas spécialement avoir de la fumée plein les narines mais avait laissé couler pour cette fois-ci. Si ça peut l'aider à se relaxer, pourquoi pas finalement. Le client est bien évidemment roi. Roi ? Lui est plutôt une espèce de bête de foire qui subit un interrogatoire ennuyeux. La jeune femme se fiche un peu de passer du temps avec des personnes connues et de voir qu'ils consacrent toute une belle heure pour répondre à ses questions rédigées avec soin.

- Donc, vous n'êtes pas homosexuel d'après vos dires, très bien. Votre travail en tant que chef des Ragnarok ne vous fait-il pas trop oublier la vie à côté ? Ce dont je veux parler c'est que vous n'avez aucune compagne et n'en avez pas eu depuis un long moment. Ne serait-il pas raisonnable d'aussi réfléchir à votre descendance ? Si vous aviez à choisir, privilégierez vous votre travail ou une vie de couple ainsi que des projets de famille ?

Questions tournant autour d'un thème délicat auquel la demoiselle aurait parfaitement pu répondre. Sauf si la question aurait concerné sa gloire et richesse à sacrifier pour une histoire d'amour. Hors de question. Comment peut-elle laisser tomber ce pour quoi elle s'est battue durant de nombreuses années ? C'était une question personnelle mais n'était clairement pas la pire. Il y en avait d'autres dans le lot, tout aussi gênantes mais auxquelles il fallait apporter une réponse. Toujours un peu avachie sur son coude, ses deux pupilles auburn brûlaient d'impatience.
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-19, 23:00

hunt
ft. callie


Une réponse tout simplement positive et brève concernant cette clope. Totale satisfaction intérieurement quand l'on savait l'apport de ce simple bâton de nicotine, absence partielle de stress et autres bienfaits malsains liés à l'inspiration de cette fumée. Tu ne t'étais point dérangé à sortir briquet, abusant encore et toujours de ton pouvoir pour en partie enflammer le bout de tabac et autres horribles produits pour l'organisme. Fumée finissant par emplir tes poumons, prenant par la suite la précaution de recracher la chose grisâtre loin de vos personnes. Attention se reportant auprès de la jeune femme alors que tu la décrivais tandis qu'elle s'était permise de se rapprocher de toi, de porter une certaine attention bien plus poussée vers toi. Voilà qu'elle avait fini par te poser sa nouvelle question, rien de bien dérangeant encore et encore, un sujet sur lequel tu ne t'étais jamais vraiment penché. À vrai dire tu n'y avais jamais porté un réel intérêt car ton travail n'était que l’apogée d'un long investissement. Obtenir ce rang, le rang de général ne fut pas de tout repos connaissant les sacrifices que tu avais fait et surtout les atrocités que tu avais commis. Tu n'étais pas dans la même catégorie qu'elle, tu ne bossais pas dans le même domaine que cette journaliste.

Te penchant dès lors à ton tour vers, tout comme elle l'avait fait il y a quelques instants. Faisant dès lors malgré tout attention à ne pas mêler la fumée de ta cigarette à l'espace entre vous, simple politesse étant conscient que ceci ne convenait pas à tout le monde. Il était donc temps d'en venir à la question qu'elle avait soulevée il n'y a que quelques secondes.

« - Disons que j'ai préféré consacrer mon temps en majorité à ma carrière, à mon travail bien avant tout en réalité. Une vie de famille, une compagne ce n'est pas l'une de mes priorités même si on ne reste pas au poste que j'occupe long de par le stress lié à celui-ci par exemple. Il se peut que plus tard je finisse par me reconvertir et qu'en parallèle je me décide à fonder une famille. Chaque chose en son temps comme on peut dire. »

Chaque chose en son temps effectivement ce fut une réponse bateau, une réponse qui n'était pas forcement vrai, une réponse à laquelle tu n'avais consacré un quelconque intérêt. Tu avais une toute autre idée en tête par rapport à tout ceci en réalité alors que tu t'apprêtais à lui offrir une réponse peut être un peu plus intéressante cette fois ci à ses yeux, quoi que tout était relatif à vrai dire, peut être réussira elle à exploiter ces futurs palabres.

« - Je pense que par élimination malgré tout vous avez fini par en partie me cerner sur ce point. Je suis du genre à préférer les histoires d'un soir afin de pouvoir concilier mon travail à côté. »

En partie faux et vrai, ayant déjà eu des relations relativement brèves dans le temps même si on ne pouvait te traiter de coureur de jupons ou autres choses semblables. Tu avais comme une idée en tête cependant à cet instant précis, une idée qui commençait par doucement mais sûrement germer au cœur de ton esprit. Tu ne tardas à inverser par amusement les rôles par la suite curieux éventuellement de la réponse de ta comparse.

« - Et si ce n'est pas indiscret, quant à vous, vous préférez consacrer votre existence à votre travail pour l'instant ou vous avez une vie privée intéressante à côté ? Sachant que concernant le fait de fonder une famille c'est votre dernière des priorités actuellement je suppose. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-23, 12:54

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

940 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
Il avait allumé sa cigarette sans ajouter un mot. En le voyant tirer une latte et déguster d'un airs des plus satisfait, elle se sentait contente de le rendre un peu plus détendu et peut-être plus bavard ? Car pour le moment, il ne disait rien de très fructueux mais la demoiselle cachait cet avis. Pour ne pas le vexer, elle prenait tout en note qui seront traitées et examinées avec soin dans son bureau personnel. C'est de ces notes qu'elle en tirera le meilleur, la crème des crème. Son travail ressemblait beaucoup à celui d'un cuisinier qui doit choisir les meilleurs ingrédients pour créer un plat d'exception. Ajouter une pointe de haine pour assaisonner le tout et rendre le mélange goûteux, des drames pour un petit air exotique et un bon bol d'histoires amoureuses aux nombreux défauts. C'était finalement pas si compliqué quand on y est habitué.

« - Disons que j'ai préféré consacrer mon temps en majorité à ma carrière, à mon travail bien avant tout en réalité. Une vie de famille, une compagne ce n'est pas l'une de mes priorités même si on ne reste pas au poste que j'occupe long de par le stress lié à celui-ci par exemple. Il se peut que plus tard je finisse par me reconvertir et qu'en parallèle je me décide à fonder une famille. Chaque chose en son temps comme on peut dire. »

Il s'était approché et la demoiselle avait agrandi son sourire délicatement mielleux. Elle entendait et sauvegardait dans sa mémoire les mots clefs de ses réponses. La fumée grisâtre formait un nuage qui s'échappait petit à petit. Comme si Callistine n'était pas stressée par son travail. Elle doit courir partout, parler à n'importe qui et toujours être présente sur le terrain. Même quand il s'agit d'interroger des célébrités au quatre coins du monde.

« - Je pense que par élimination malgré tout vous avez fini par en partie me cerner sur ce point. Je suis du genre à préférer les histoires d'un soir afin de pouvoir concilier mon travail à côté. »

Bingo ! La jeune femme fut clairement aux anges de découvrir quelque chose d'enfin intéressant, du moins, elle s'en doutait parfaitement mais ne voulait qu'entendre cette phrase sortir de la bouche du Ragnarök. Il allait prendre cher le petit Lazarus pour s'être égaré et d'avoir oublié à qui il s'adressait. Cette petite affaire allait faire fureur. Callistine plongea son petit regard dans celui de Lazarus pendant un court instant, pour le rendre plus intense. Le temps de répondre à sa question.

- Et bien, monsieur Lazarus.. Je ne vous voyait pas du tout comme ça pourtant, hm , dit-elle avec un air faussement surpris

« - Et si ce n'est pas indiscret, quant à vous, vous préférez consacrer votre existence à votre travail pour l'instant ou vous avez une vie privée intéressante à côté ? Sachant que concernant le fait de fonder une famille c'est votre dernière des priorités actuellement je suppose. »

- Mhh.. Pour une famille je pense que ça peut clairement attendre encore quelques années non ? Mais pour ce qui concerne ma vie privée.. J'ai des tas de choses intéressantes à côté de mon travail , fit-elle avec ce ton mélodieux, détournant la question à sa guise pour que sa réponse convienne. Si vous saviez tous les soirs qu'elle passe à faire la fête, tous les soirs où elle se permet des gâteries nocturnes..

La demoiselle prit sa tablette en main pendant une petite seconde afin de vérifier si tout marchait correctement. Elle déverrouilla l'appareil et en relisant les lignes, se rendit compte qu'une de ses paroles ne figurait pas dessus. Pourtant elle n'avait pas rêvé, il a bien dit cette phrase ! Il l'avait complimentée il y a quelques secondes mais rien n'était noté. Saleté de machine ! On ne pouvait visiblement pas compter sur cette technologie qui possède d'innombrables failles. Seulement, Callie ne connaît pas vraiment celle des années deux mille qui était encore plus médiocre. Imaginez la faire un saut dans le passé et subir les écouteurs sans fil, les voitures au carburant et les bâtiments extrêmement petits. Elle aimait son époque, celle des grattes-ciels qui rendent les nuages presque invisible ainsi que celle des voitures volantes qui parcourent toute la ville en un rien de temps. Imaginez le temps fou qu'il faudrait si nous étions dans le passé. Il aurait carrément fallu un "train". C'est comme ça qu'ils appelaient les anciens trains à grande vitesse qui servent à faire le tour du pays ou voyager dans un pays voisin. Maintenant grâce au TGV, il est même possible de faire Texas-France en simplement quelques heures. Oui, tout a changé à présent, et tout va encore changer.

- Arf.. Pourquoi ça a pas marché, il va vraiment falloir que j'en rachète une plus performante , marmonna la blonde visiblement agacée.

La journaliste releva sa tête vers Lazarus avec un air déçu et surpris à la fois, laissant la tablette dans un coin de la table pour se concentrer un peu plus sur l'homme en question. Blondie n'avait pas pour autant éteint l'enregistrement mais semblait l'avoir fait, vu la manière dont elle a rejeté l'engin.

- Et en ce qui concerne votre travail, comment vous organisez-vous pour traquer les criminels qui rôdent ? Enfin, dîtes moi ce que vous pouvez bien évidemment , ajouta t-elle.
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-23, 18:55

hunt
ft. callie


Tirant tantôt sur ta clope alors qu'elle reprenait une certaine distance et qu'elle se contentait de répondre à tes précédentes paroles, tu n'étais pas dupe. Derrière cet air faussement surpris voir un peu nié elle devait être des plus satisfaites et déjà entrain de réfléchir sur comment déformer ou amplifier tes paroles d'il y a quelques instants, après tout on ne change pas les journalistes te disais tu. Elle ne s'était point fait prier de son côté pour délibérément oublier la partie concernant sa vie privée vis à vis de la question que tu avais posé il y a de cela quelques instants. Cendres s'écrasant en ce cendrier au fur et à mesure que tu l'écoutais encore et encore et l'observais au fur et à mesure. Elle ne tarda à prendre en mains d'ailleurs sa tablette alors qu'elle finit par s’apercevoir que la technologie s'était montrée relativement capricieuse surtout de par le choix que tu lui avais imposé en quelque sorte et au pire moment. Ne rien laisser percevoir tu savais si bien le faire, tout comme tu savais qu'elle allait encore et encore te questionner, te demandant encore combien de temps cela allait durer. Tu espérais que vous vous approchiez de la fin même si les palabres de la journaliste venaient de nouveau aborder ton travail.

Comment tu t'organisais pour traquer les criminels ? C'était un peu idiot te disais tu alors que certaines méthodes dans le domaine de l'enquête etc... N'avaient réellement changés depuis des centaines d'années au minimum. Des méthodes tu n'en manquais pas, il y a en avait des tonnes même si certaines se montraient plus efficaces que d'autres pour avoir des informations sur une proie par exemple. Elle allait cette fois-ci une nouvelle fois se contenter d'une réponse relativement bien maigre après tout peut être s'y était elle habituée.

« - Comme vous, je m'occupe de récupérer des informations, les regrouper et autres afin de pouvoir cerner le ou la concernée, en soi nos métiers ne différent pas trop sur ce point là. Juste la coopération sur certains aspects est largement différente tout comme le fait d'obtenir ce que l'on veut, on ne peut pas vraiment gentiment demander à un membre de gang où se trouvent ses amis criminels. »

Cigarette se terminant tantôt alors que tu l'écrasas au cœur de ce même cendrier comme au par avant, tu t'ennuyais peut être en quelque sorte dès lors avec que tu avais toujours cette certaine idée en ton esprit par rapport à la texane. Une idée qui allait peut être l'intéresser même si tu comptais couper court sur certaines choses. Un nouveau regard à l'attention de sa tablette qui cette fois-ci finit par miraculeusement s'éteindre sans ne rien demander. Autant prendre ses précautions quand on avait fini par un tant soit peu connaître la concernée en face de vous. Tasse venant dès lors prendre place en l'une de tes mains alors que tu te permis de finir le café que tu avais commandé d'une traite. Il était temps d'en venir au plus intéressant de par en premier lieu cette question des plus inutiles de ta part.

« - Nous en avons bientôt terminé ? Car j'ai une proposition à vous faire. »

Une proposition qu'elle allait peut être acceptée si tu lui proposais un enjeux un tant soit peu attractif, elle ne devait pas faire une chose ou une autre sans un quelconque intérêt hormis lorsqu'il s'agissait de se divertir éventuellement.

« - Après notre journée de travail respectives, cela vous intéresserait d'aller boire un verre ou plus sûrement, peut être qu'un tant soit peu alcoolisé vous arriverez à m'arracher une information intéressante ou un scandale qui pourrait valoir son pesant d'or mais cette fois-ci sans votre tablette ou tout enregistrement juste votre mémoire. Je me demande si après une soirée alcoolisé vous êtes apte à conserver certains souvenirs. »

L'autre pouvait être alléchante après tout alcoolisé nous ne sommes plus vraiment maître de nos paroles et aussi de nos pensées.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
More fun ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-28, 17:59

En savoir plus sur les ragnagnok !

ft. Lazarus

Surnommé Lazarus, c'est ce grand personnage qu'interview la demoiselle. Une chance inouïe pour elle de faire la une des journaux, encore une fois. Un tas de questions trottent sur sa feuille méticuleusement préparée des jours à l'avance.

674 motsChasing that sundown So far east I'm westbound
« - Comme vous, je m'occupe de récupérer des informations, les regrouper et autres afin de pouvoir cerner le ou la concernée, en soi nos métiers ne différent pas trop sur ce point là. Juste la coopération sur certains aspects est largement différente tout comme le fait d'obtenir ce que l'on veut, on ne peut pas vraiment gentiment demander à un membre de gang où se trouvent ses amis criminels. »

- Je vois, mh..

Ce ne fut pas véritablement fructueux mais la demoiselle s’y attendait. Elle faillit soupirer audiblement mais se retint, concentrée. Il n’était pas bavard et elle allait sûrement devoir user de son charme - ainsi que de son pouvoir, pour obtenir ne serait-ce qu’une bonne réponse. Lazarus n’était pas vraiment le type d’homme qu’aimait la jeune femme, pour elle, les muscles ne signifiaient rien.

« - Nous en avons bientôt terminé ? Car j'ai une proposition à vous faire. »

Il était déjà ennuyé ? Callie avait besoin de réponses, elle ne pouvait pas rentrer bredouille et dire à son patron d’envoyer quelqu’un d’autre à la place. La blonde haussa un sourcil en entendant “proposition”, quel genre de proposition ? La curiosité s'immisçait en elle, la dévorant. La jeunette aimait les propositions mais ne savait pas si celle-ci allait être intéressante. Vu la manière dont il était ennuyé, il voulait simplement en finir et s’échapper au plus vite. Elle espérait qu’il ne voudrait pas remettre cette interview à plus tard, cela lui ferait perdre du temps. Et le temps est la seule chose qui lui manque en ce moment. C’est après un léger “oui” de la part de la journaliste qu’il reprit la parole de sa voix rauque.

« - Après notre journée de travail respectives, cela vous intéresserait d'aller boire un verre ou plus sûrement, peut être qu'un tant soit peu alcoolisé vous arriverez à m'arracher une information intéressante ou un scandale qui pourrait valoir son pesant d'or mais cette fois-ci sans votre tablette ou tout enregistrement juste votre mémoire. Je me demande si après une soirée alcoolisé vous êtes apte à conserver certains souvenirs. »

Plaisantait-il ? Bien sûr que la journaliste allait avoir des informations, et ça tout en n’étant même pas ivre. Elle prenait cette proposition pour un défi et qu’il la jugeait trop faible pour accepter. Une lueur surprise était visible dans les yeux de la jeune femme. Cet interview allait sûrement tourner au lit. Quoique, elle n’aura peut-être pas besoin d’en arriver là pour obtenir ce qu’il lui faut.

- Oh ? Je ne m'attendais pas à ce genre de proposition, fit-elle vivement

Après tout, qu’a t-elle à perdre ? La demoiselle est habituée aux bars et se saoule de nombreuses fois. Heureusement que son chauffeur est toujours là.. Que ferait-elle sans cet ange incarné qui la ramène toujours en voiture volante. Blondie résiste plutôt bien à l’alcool mais une dose de ce liquide la rend toute euphorique. La boisson la rend excessivement joyeuse et même un peu.. dingue. Les prunelles mordorées de la blonde se posèrent pendant un court instant sur la tasse vide. Elle réfléchissait, du moins, c’est ce qu’on lisait sur son visage. Soudain, elle reprit la parole de plus belle, son sourire n’ayant jamais été effacé.

- J’accepte donc votre proposition. Si vous avez un endroit sympathique dans lequel nous pourrons nous désaltérer tranquillement, je vous suivrais. Et si vous avez des informations à me confier, bien évidemment. Vous avez une heure ?

La main de Callistine passait méticuleusement caresser sa montre pour la déverrouiller, saisissant un petit code avec rapidité. Elle voulait s’informer sur l’heure actuelle. Il lui restait une bonne heure à passer avec Lazarus mais il voulait écourter celle-ci pour lui gâcher une soirée. Dommage.. Elle qui souhaitait sortir avec une amie dans un nouveau restaurant. La tablette fut éteinte après l’enregistrement des données et s’était glissée dans le sac à main de la demoiselle. Le serveur ne tarda pas à passer pour prendre le verre vide de la journaliste.
©linus pour Epicode




Team suricate:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lazarus
GÉNÉRAL // PREDATOR

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-29, 02:44

hunt
ft. callie


Je ne m'attendais pas à ce genre de proposition, léger rictus d'amusement se dessinant dès lors auprès de ton faciès face à cette réponse. Il était vrai que de par ta réputation et l'idée que l'on pouvait se faire d'un général de Ragnarök tout ceci pouvait paraître étonnant en comparaison de tout ce que tu avais énoncé précédemment. Tu attendais malgré tout toujours sa réponse vis à vis de cette requête que tu lui avais fait. C'est ainsi qu'elle ne tarda à dire qu'elle acceptait ton offre, une offre qui peut être ne vous arrangeait pas forcement, qui ne l'arrangeait pas elle même si dans ton cas cela était un tant soit peu réciproque. Une nouvelle parole de sa part suivant dès lors la précédente, question des plus logiques ainsi concernant le lieu de ce futur rendez vous qui allait peut être plus intéressant et beaucoup moins inintéressant que celui-ci de par un cadre tout à fait différent et bien moins officiel. Sans doute savait elle que réciproquement présentement elle n'obtiendrait rien de toi, tu ne révélerais rien de compromettant vis à vis de Ragnarök surtout lorsque tout ceci pouvait être enregistré. Une soirée alcoolisé, cela impliquait la parole de l'un contre l'autre et aussi un état peut être secondaire pour justifier ceci.

Tablette finissant par se loger en son sac tandis que le serveur s'approchait tantôt pour remplir son travail, tu avais brièvement réfléchi au choix du lieu. Idée en tête tout comme l'heure de cette nouvelle et future rencontre, dans tous les cas tu avais déjà prévu de te rendre en le futur endroit que tu ne tardas à indiquer à la jeune femme. Lui détaillant l'endroit où vous alliez vous retrouvez ce soir, sûrement quelque chose dans ses goûts, bar côtoyé par la haute société de cette ville, non pas les cadres mais les meneurs de chaque grande entreprise, par leurs proches, par cette sphère que tu avais appris à dompter avec le temps et les nécessités de ton travail, de ton poste. Tu finis par quitter les lieux précisant l'heure tout comme le fait qu'une tenue plus qu'exigeante d'ailleurs était requise à l'adresse que tu lui avais donné alors que tu n'allais tardé à rejoindre ton bureau au siège de Ragnarök afin de t'occuper de multiples dossiers comme à l'accoutumé. Comme à l'accoutumé lorsque tu n'étais pas occupé à traquer toi même certaines proies, lorsque tu n'étais pas occupé à les exécuter de tes propres mains. Aspect de ton être que tu conservais si bien, aspect de ta société que tu cachais si bien en réalité et même pour cette journaliste et pour le monde, Ragnarök allait rester cette aide parfaite pour établir l'ordre en cette ville sans débordement... À première vue.

Suite ici >>> CLIQUE


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
○ EN SAVOIR PLUS SUR LES RAGNAGNOK ! - ft. Lazarus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A savoir: Amsterdam, Capitale mondiale du livre 2008
» Nouveau site « Savoir revivre »
» Les bonnes adresses du net pour tout savoir sur les couches lavables!
» Application iphone "Savoir inutile"
» Peut on savoir les opinions d'autrui rien qu'à sa tête?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Grayham :: Chinatown-
Sauter vers: