//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Akhora Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

separated by a thousand dreams (♥♥)

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
IS IT TOO LATE NOW TO SAY SORRY ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-10-09, 11:13



ft. côme
&
him
Ce que c'est étrange, de ne pas savoir combien l'autre fait des efforts.
Ce n'est pas tant négatif -peut-être est-ce mieux ainsi, peut-être pas, mais vous êtes là, juste là, et c'est presque mal d'être si proche et si
(loin n'est pas le mot)
(déconnectés, peut-être)(décalés, désaxés)
et alex, il n'a d'yeux que pour la simplicité des choses -il ne demande jamais rien, et il sent/ un jour, il saura, promis. mais pas tout de suite, sûrement pas tout de suite. pas demain non plus -il prend du temps, il est lent, mais oh regarde-le, comme il est loin déjà ; trop pour faire demi-tour, trop pour lâcher tes yeux foncés, trop pour oublier tout ce qui a été échangé.
tu sais, il avait dit qu'il te ferait rire. il se souvient de ses promesses et il se souvient de choses étranges, mais il ne sait jamais si elles ont des dates de péremption. (pas pour lui, pas dans son esprit)
Il n'a pas de mouvement de recul quand tu bouges et ah, c'est de la confiance non pas aveugle // c'est de l'envie presque dévorante et il ne le sait pas -ne lui dis pas de suite, Côme. pas de suite, s'il te plaît.
Il sourit à tes iris qui insistent, à tes doigts qui laissent leurs empreintes sur ses propres arabesques -c'est toute une symbolique, les mains qui s'entrelacent. Il n'a rien à dire, Alex, alors il attend, parce qu'il ne veut pas partir et qu'il ne sait pas forcément pourquoi rester.
Oh, oui, un message. Et de sa main libre, il fait signe vers son minuscule sac à dos -suffisamment petit pour le laisser libre de ses mouvements. Somnifère était de ces valkyries qui préféraient rester à pied, au grand dam de leurs odins. C'est encore à donner, oui, alors allons-y. Il part en avant sur ses trop longues jambes longilignes, deux pas suffisent à faire tendre vos deux bras mais il te tire plutôt que de lâcher. Alex ne sait pas aller doucement -il n'a pas d'entre deux, c'est statique ou mouvement. Dis, tu veux leur donner quoi ? Il s'est retourné pour lâcher ça, et ça sonne comme un aveu de sa naïveté.




ACCISMUS
&
ANOESIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
2016-10-21, 19:04
Il n'y a pas de temps ni de lieu pour connaître le bonheur.
Il suffit parfois de tendre la main et d'admettre que l'on a besoin de quelque chose. Dans cette aura de misère, dans cet air empli de poussière et des relents de vies reléguées à l'ombre, alors que rien ne semblait t'indiquer que tu pourrais un jour sourire avec sincérité, tu as l'impression d'avoir plus avancé encore qu'en des années de recherche. A croire que tu t'es fourvoyé pendant tout ce temps. Pour autant, tu n'adhères pas tout à fait à cette idée américaine du bon et du mauvais choix. Tu n'as pas mal décidé le jour où tu as décidé de t'approcher d'un gang. Tu n'as pas eu tort de poursuivre un rêve, quand bien même celui-ci n'a rien de si désirable. Tu as simplement posé les jalons qui te permettent d'être l'homme que tu es - cet homme certes arrogant, manquant d'empathie, critiquable en de trop nombreux points, mais un homme qui vaut malgré tout la peine d'être connu - et tu sais que le passé sombre d'Alex est ce qui l'a forgé. Sans cette erreur qu'il se reproche sans cesse, il ne serait peut-être pas aussi libre. Privé d'une bonne partie de ses entraves émotionnelles, il peut plus facilement voler. Il n'en sera pas plus heureux autant ; mais, Côme, tu veux croire qu'il trouvera l'apaisement avec toi. Tu veux espérer que tu seras une partie de son remède ; que ta présence saura calmer la douleur liée à sa solitude profonde. Mais le reste, malgré tout, est beau. C'est pour cela que tu l'aimes. Tu ne lui en veux même pas de son manque de réaction. Tu sais que quelqu'un d'autre se serait opposé à ta manœuvre si cela ne lui convenait pas, et qu'en acceptant ta main cela veut dire qu'on accepte une forme de proximité. Tu te dis qu'Alex ne te refusera pas. Ce qui ne veut pas dire qu'il désire ta présence. Qu'importe. Tu te fais enjoué, tu n'as même pas à beaucoup te forcer.
« Alors, allons-y ! »
Tu te souviens de tous les périls que peut encourir un agent du Valhalla ; bien que tu ne participes nullement à cette répression, tu ne l'as jamais remise en cause non plus. Et, bien que tu t'inquiètes sincèrement pour lui, tu sais qu'il serait hypocrite de t'intéresser soudainement au sort des valkyries. Tu ne songes qu'à lui, à ce qui pourrait lui arriver. Cela peut être dangereux ; combien de gens, voyant leur bien-aimé en situation constante de danger, ont fini par se noyer dans l'inquiétude, au point de devenir imbuvable ? Tu te jures de ne jamais devenir comme ça. Et puis, toi aussi, tu risques gros ; des années de prison, une pauvreté dont tu n'arrives pas à t'extraire ou, ce qui te semble peut-être le plus grave, voir ton nom sali à cause de tes agissements. Pour toi, ce serait probablement assez proche d'une forme de mort.
« Un peu de ma personne ? Il m'est toujours plus facile de donner un peu d'argent que de mon temps, alors... »
Alors c'est la preuve qu'Alex est unique.
Est-ce qu'il s'en rend compte, face à cet aveu implicite ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
IS IT TOO LATE NOW TO SAY SORRY ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-10-24, 16:11



ft. côme
&
him, nothing more
Allons-y, et c'est si simple de changer de partir main dans la main sans poser de question ; il accepte, Somnifère, et il ne dit pas oui il ne dit pas non, mais surtout, surtout, il ne dit pas pourquoi. Il ne le pense même pas, et c'est sûrement la meilleure preuve qu'il a -celle par l'absence. Il suffit juste de la remarquer.
Mais ses jambes bougent trop vite, à Somnifère, et c'est l'action qui prend l'attention, et c'est l'action qui remporte tout ; le sourire tranquille qu'il porte sur les lèvres, sa face habituelle mais un peu différente, peut-être plus apaisée. Il le sent, n'a pas envie d'y penser -il sait qu'il sait, et les pronoms se mélangent parce qu'il n'y a plus besoin de sens ; tout est réciproque et ah, ça permet à ses commissures de lèvres de rester là-haut, à leur place.
Et c'est les mots qui prennent le dessus, au final ; ils tirent presque le regard ils cherchent à ce que ses yeux soient troublés un instant puis à nouveau éclatants : il ne s'y attendait pas si vite, Somnifère.
Il ne sait pas très bien de quoi il parle, ceci dit ; il a les pensées qui ont du mal à avancer, comme une espèce de paralysie cognitive mais pas musculaire parce que oh, ce qui fend son visage, c'est un rayon de soleil. Il ne dit rien, Alex, comme il dit rarement les choses fragiles qu'on fait mais qu'on ne veut pas dire -pas par trop plein de fierté, mais plutôt par manque- et il met le doigt sur ce qui le dérange.
Il ne l'a pas encore fait rire.
Pourquoi à eux ? Il ne fait pas de remarques, mais il veut tout entendre ; il veut creuser tant que la terre est encore meuble et qu'il n'y a pas de battance -parce que la pluie vient toujours, et qu'il ne sait pas encore combien de limon reste dans ses entrailles. Combien de lions, aussi, et combien de prisons.




ACCISMUS
&
ANOESIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
2016-10-26, 19:25
Tout devient si aisé ; dire que l'on veut aller quelque part ensemble, et le faire, sans se poser plus de questions.
Un jour, Côme, tu sais, tu finiras par trouver cette forme de quiétude.
Ce jour-là, ton cœur finira par s'apaiser, et la douleur s'effacera.
Cela te paraît loin, tu penses peut-être que cela n'arrivera jamais ; mais cela n'a pas d'importance, car tu parviens à retrouver ton équilibre. Tu ne trébuches plus comme avant ; tu as récupéré ton assurance, tu sais où tu mets les pieds désormais. C'est fou, comme le fait de savoir peut tout changer. Et alors que vous avancez au même rythme - et tu ne sais pas si vous avez naturellement la même allure, ou si vous calquez vos pas sur ceux de l'autre -, tu te prends à sourire, parce que tu es redevenu comme avant. Le Côme des beaux jours. Mais une forme épurée de toi-même ; une forme, peut-être, plus agréable encore à fréquenter, une forme que l'on peut plus aisément respecter.
« Ils m'auront quand même aidé. Même si c'est un peu. C'est à mon tour de faire preuve de reconnaissance. »
Mais tu n'as pas vraiment envie d'en parler ; tu veux qu'il oublie cela, quand bien même cela fatigue, tu veux qu'il n'ait en tête que ta façon d'accuser réception des dettes que tu cumules. Tu veux qu'il t'admire un peu, qu'il t'approuve surtout - mais tu ne te fais pas trop de soucis pour cela, tu penses qu'il t'accepte, Alex, il le fait depuis le départ.
Et puis vous voilà devant le QG, et tu le lâches et t'éloignes, avec ton sourire apaisé.
« Je crois que nos chemins se séparent pour l'instant. Mais je veux te revoir. Dis-moi comment je peux te contacter, s'il te plaît. »
Tu as envie de croire que ce n'est que le début d'une belle histoire - d'amitié peut-être, ou plus encore, tu penses que c'est à lui de décider, et que dans tous les cas tu seras heureux. Tu veux croire que vos routes se croiseront encore, par coïncidence des fois, par volonté à d'autres moments. Tu désires croire que vous êtes faits pour vous rencontrer, pour ouvrir une nouvelle page - tu voudrais que cette aventure dure encore des décennies, des siècles d'éternité à conserver précieusement en toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
IS IT TOO LATE NOW TO SAY SORRY ?
Voir le profil de l'utilisateur
2016-11-05, 15:48



ft. côme
&
nothing less
On apprécie mal le calme. On l'apprécie comme un manque d'activité, comme une pause dans le reste, comme un trou dans le temps -Somnifère aussi, et il essaie de le remplir, de griser ses pensées de fourmillement de stress et d'anxiété. Il n'a pas compris, pas encore, peut-être jamais, et sûrement est-ce pour le mieux.
Somnifère n'est pas de ceux qui peuvent évoluer par l'introspection.
Et pourtant -il voit parfois qu'on n'écoute plus pour écouter, mais plutôt pour savoir quoi répondre. Il est parfois un peu triste, Somnifère, mais il est plus souvent heureux ; il oublie le négatif et sourit. Comment se désespérer de communiquer quand tout paraît vouloir séparer les âmes et les sympathies ?
Mais quand tu parles, Côme, il ne fait qu'écouter. Il n'a rien à dire, rien à répondre, et il a les dents qui brillent entre les liserés de ses lèvres, un de ces sourires domptés -calmes. Tu sais, il voit ton évolution, le changement dans ta manière de parler dans ta façon d'apprécier et ça lui rappelle sa promesse -il ne sait pas encore s'il a réussi à te faire rire. Il a surtout retenu d'autres choses.
(comme tes manies le noir de tes cheveux qui n'est pas corbeau mais plutôt bleuté, le pli de tes mouchoirs de poche, le crissement de ta joue quand les lippes veulent remonter mais pas trop, la vivacité d'un regard qu'il aimerait bien posséder)
Et puis il t'écoute -cette fois pour répondre, pour assumer la réciprocité et ah, il a le coeur qui tremble un peu, certainement. Tiens. C'est un bout de papier un peu trop froissé avec un numéro qui ressort. C'est étrange, que tout repose sur des petits chiffres. Je risque de pas trop répondre en journée, j'imagine que tu comprends, j'évite de le sortir. Histoire d'éviter de le casser pour la vingtième fois, sûrement. Bon hé bien, euh- Il réfléchit un instant -c'est chose à apprécier. Tu sais quoi faire. Il sourit en se retournant -il court, comme pour reprendre le cours de sa boucle temporelle.




ACCISMUS
&
ANOESIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
2016-11-06, 19:40
Quelques secondes de vide.
Quelques secondes de silence où ton cerveau imagine toute sorte d'issues possibles à ta demande.
Va-t-il t'opposer une fin de non-recevoir ?
Va-t-il enfin te tendre la main ?
Évidemment, il ne peut pas avoir conscience de tous tes tourments intérieurs, de tous ces doutes et de toutes ces attentes que tu peux avoir. Il ne peut pas savoir à quel point savoir comment le joindre t'est vital, au point que cela t'est presque une question de vie et de mort - au point que tu as fini par renouer avec un passé que tu rejettes juste pour avoir de ses nouvelles. Tu ne peux pas partir sans avoir obtenu ce que tu es venu chercher.
Parce que quand il n'est pas là, tu n'es plus que l'ombre de toi-même. Tu ne dors plus comme tu le devrais. Tu penses à lui quand tu tentes de te reposer. Tu fais des erreurs stupides avec tes partenaires et tes cibles. Tu penses à lui et à ce mépris que tu ne peux plus diriger vers lui. (Parfois tu te dis que ces gens valent peut-être autant que lui, que tu es plein de tes préjugés, mais tu as déjà de la chance d'avoir ouvert les yeux pour lui.)
Parce que quand il est là, tu sens tes sourires s'envoler, tu ris des fois, tu ne ris peut-être pas comme il voudrait que tu ris, mais tu as les épaules secouées et ces sons qui s'échappent de toi, et tu te dis que ce doit être de l'hilarité.
Et ton cœur rate un battement.
Tu te saisis du papier du bout des doigts, comme s'il allait te brûler. Tes yeux glissent rapidement sur les chiffres inscrits sur la note ; tu sens le bord de tes lèvres s'étirer malgré toi.
« Oh. Merci. »
Le soir, donc, tu l'appelleras. Et tu te demandes déjà si tu attendras demain soir, ou si tu le feras d'ici à quelques heures. En voilà une bonne question. Parce que tu comprends subitement ces cœurs transis qui ont peur d'appeler trop vite, par peur d'avoir l'air pressés. Mais tu l'es. Est-ce que tu devrais vraiment le lui cacher ?
Il est déjà parti, celui qui se fait appeler Somnifère ; il court loin de toi, tu ne sais pas s'il peut encore t'entendre. Mais ta voix forme ces sons que tu ne sais pas retenir.
« Sois prudent, Alex. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
separated by a thousand dreams (♥♥)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» dupe stellite dreams
» DEMIUS ¤ thousand shades of grey
» Nouvelle série JLA : "Dreams 1 Rêve 2 Vies" 06/01/2014
» quad cham pale
» Tout mon maquillage hors MAC ! (MAJ 29/08/2008)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Akhora-
Sauter vers: