//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Grayham :: Chinatown Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entertain || ft. aleksander

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-12, 14:08

entertain
ft. aleksander
Comment une arme est censée s'occuper lorsqu'elle n'est pas en service ?

C'est une question qu'elle s'est longtemps posée. Tout semble tellement lambinant, et ennuyeux que même se tourner les pouces est devenu une... activité plus passionnante que de faire quelque chose. Mais pouvait-elle vraiment y faire quelque chose ? On l’a éloignée le plus possible de ce que à quoi ressemblait un humain ordinaire - la seule similitude flagrante qu'elle avait avec eux étant sans doute l'apparence - et encore, même son pouvoir lui a ravi cette seule ressemblance. Mais au fond, elle s'en fichait. Parce qu'elle n'avait pas à ressembler aux autres pour pouvoir vivre sa vie, la seule chose qu'elle récoltait de plus étant des regards interloqué et des moqueries ou autres questions loufoques sur sa provenance.

Les talons de ses bottes claquaient contre le pavé abîmé de Grayham qu'elle avait foulé auparavant pour des raisons bien plus obscures. Voilée sous un long manteau beige, un pantalon relativement serré noir, des bottes de même couleur et une paire de lunettes de soleil sur le nez, elle s'était arrêtée devant un petit restaurant qui n'avait pas l'air de payer de mine. Pourquoi lui avoir conseillé un restaurant chinois en utilisant le prétexte du “Tu vas t'amuser, c'est animé” comme prétexte, sérieusement ? Bah, c'est pas comme si elle avait quelque chose d'autre à faire, donc dans l'absolu, ce ne sera pas du temps de perdu.

Elle fut directement accueillie par une jeune employée d'origine asiatique suite à son arrivée, qui, après l'avoir longuement dévisagée par delà ses verres obscurs la guida jusqu'à une petite table relativement reculée. Les yeux de la femme scrutèrent l'endroit avec une grande attention, de temps à autre observée un peu trop longuement par les clients ou les serveurs de part sa peau atypique. Elle finit par s'asseoir en retirant son manteau, des lunettes glissant de son nez pour qu'une des branches ne se cale au niveau du col de son haut immaculé, façonné en une matière relativement légère, deux ouvertures au niveau des épaules laissant entrevoir des dernières.

Silencieuse, elle lisait sans véritablement en comprendre la liste des menus et mets que l'établissement avait à proposer, relevant de temps à autre les yeux lorsque le brouhaha constant s'élevait un peu plus et se concentrait sur un ou deux saoulards qui gueulaient.

C’est au bout d'une poignée de minutes qu'un serveur se décida à se présenter devant sa table pour lui demander ce qu'elle désirait. Elle cala sa mâchoire sur la paume de sa main. Pas un regard, seul son index et ses iris suivaient les lignes qu'elle avait mémorisé et se préparait à énumérer.

Entrée ; crevettes au rhum. Plat ; salade de nems, riz nature, nouilles sautées au boeuf, canard laqué. Boisson ; eau. C'est noté ?

Peut-être était-elle trop catégorique pour sa  commande? Elle l'était assurément. Regard lancé à celui qui prenait note de sa commande sur un pad digital. Son expression impassible muta en une un peu plus amusée - chevelure blonde et regard doré, elle n'eut même pas besoin de détailler les traits fins de son visage pour le reconnaître. Au bout de quelques secondes, elle étouffa un ricanement, détournant son regard autre part.

Le hasard fait bien des choses.


   
Libella+Aki
#D0CD21




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-12, 14:23
NOPE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-12, 16:39

entertain
ft. aleksander
Ses yeux, de nouveaux emprunts d'une impassibilité sans faille observent avec attention le quartier depuis l'intérieur et à travers la vitre, détaillant, suivant du regard chaque véhicule ou personnes traversant son champs de vision - seule occupation qu'elle s'est trouvée pour passer le temps. C'est en entendant résonner le bruit une matière solide sur sa table que son regard dévia de son ennuyeuse occupation, observant une partie de sa commande qui semblait accompagnée d'une bouteille d'alcool qu'elle n'avait pas véritablement pas demandé. Bouteille d’ailleurs accompagnée d’une remarque de la part du serveur qu’elle connaissait malheureusement, simple remarque suffisant à lui faire comprendre sa provenance et le pourquoi.

Galatea croisa un instant le regard de l’employé sans que son expression faciale ne change, un soupir presque amusé cependant franchissait la barrière de ses lippes.

Rien que ça…

Tester sa résistance à l’alcool, quel gage curieux et presque insultant. Oh, elle n’était pas adepte de ce genre de fantaisies et folies puisqu’elle ne sortait que rarement pour se divertir, mais elle n’était pas n’importe qui, et cela ne devait pas être une tâche si hardie que ça, finir une bouteille, si ? Ses yeux contemplaient un instant son assiette avant de s’emparer des baguettes avec une maladresse non dissimulée - bien peu habituée à manger avec autre chose que des couverts occidentaux. Sourire. Les fruits de mer étaient étrangement, admirablement bien trop présentables, séparées, dénuées de tout parasite minime et pourtant presque essentiel au sein de la gastronomie qui pourrait répugner les clients comme la queue ou même l’intestin, finement taillée, la femme restait un instant immobile face à son met tremblotant entre ses baguettes, respectant l’attrait pour l’esthétisme qu’elle n’avait jamais caché, jugeant finalement que le morceau de nourriture remplisse ses critères de perfection pour se glisser entre ses lèvres.

C’est seulement après quelques bouchées qu’elle se décida de respecter le gage qu’il lui avait imposé - prix à payer pour avoir triché sans aucun doute. Bouchon de la bouteille dégagé, le nectar translucide prenant place dans le petit verre à ballon placé juste à côté, avant qu’elle ne saisisse ce dernier pour glisser son nez au dessus. Et… L’odeur était épouvantable et forte. Elle se retint d’exprimer un rictus dégoûté - ignorant si l’alcool chinois avait une odeur (et sans aucun doute un goût) si repoussante, ou si l’alcool en général était une abomination à elle même stockée dans une bouteille. Soupir.

Elle avait aperçu le Ragnarök du coin de l’oeil, accompagné d’assiettes en main qui lui étaient à en juger destinées - son dos se cambra alors pour prendre une posture droite alors que son faciès crispé reprit la contenance qu’il avait toujours gardé face à Havoc, incroyablement calme et presque nullement dérangée du goût de l’alcool, alors que son oesophage et son être entier hurlait à la mort tant il était infect. Elle lui offrit même un sourire narquois et mauvais - respectant parfaitement l’image qu’elle s’était forgée. Lorsqu’il posa les assiettes sur sa table, le pied de son verre claqua contre celle-ci, tout en se servant une nouvelle fois de cette boisson maudite d’une main en apparence habile et nullement dérangée.

Ricanement.
Bah, seul le goût était repoussant, donc ça ne devrait pas être bien long à vider, surtout si elle s’y mettait rapidement.

•••

Cinquième verre embrassant la table avec beaucoup moins d’élégance. Plats à peine terminée - elle s’était focalisée sur la réussite de ce gage plutôt que de se rassasier comme une personne ordinaire l’aurait fait. Dos courbé, elle se tenait la tête, accoudée contre la table, alors que son regard était devenu bien plus vitreux et vide qu’il ne l’était lorsqu’elle avait prit place sur sa chaise. Coup d’oeil à la bouteille qui se distordait à vue d’oeil - Elle était presque arrivée à la moitié et n’avait même pas atteint cette dernière, quelle honte. Se redressant quelques secondes, sa tête semblait bien plus lourde que le reste de son corps, et c’est la raison pour laquelle elle s’appuya lamentablement sur la paume de sa main, cette dernière écrasant sa joue pigmentée de rose. Cherchant un certain serveur du regard, elle leva mollement la main lorsqu’il fut à sa portée, et plus ou moins apte à l’apercevoir. Une fois proche, ses yeux peinaient à soutenir son regard alors que sa voix tremblante témoignait, belle et bien son ivresse.

D-Dis, si je mange pas tout, dois payer combuin…? Galatea se redressa presque d’un coup, faisant de grand gestes devant elle, les yeux devenus ronds comme des billes. Ah ! Mais après, j’cont..nue de boire hein, j’ai pas perdu…!



   
Libella+Aki
#8e5983




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-12, 17:34
NOPE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-12, 18:44

entertain
ft. aleksander
Toutes ses questions, envolées. A la fois écrasée par cette substance, et à la fois rendue plus légère, comme si ce qui l’entourait n’avait plus d’importance et n’en avait jamais eu. Elle fixait les lèvres d’Aleksander comme s’il était le prédicateur du sens de la vie et que la moindre perte d’attention pouvait lui faire perdre la vie à tout moment. Haussement d’épaules, elle finit par agiter la main en avant, comme si elle était flattée par l'appellation qu’il avait employé pour s’adresser à elle.

Ok, ok, je vais payer ! Quand j’aurais fini… Mais m’appelle pas lieutenant colonel en dehors du taff, Galatea c’mieux, et moins… euh… formel…?

Et dire qu’elle dévisageait chaque personne prononçant son prénom peu importe la situation, préférant le titre presque honorifique qui était lieutenant colonel pour gonfler son ego et lui rappeler qu’elle était proche de tous les dominer - ou presque. Ses doigts attrapèrent le verre qui avait de nouveau été rempli par une magie obscure, portant le rebord de ce dernier à ses lèvres pour s’abreuver une nouvelle fois de ce liquide ordurier, trois gorgées ayant largement suffit à vider le récipient que Galatea reposa sur la table avant de s’affaler à moitié dessus, yeux clos. Petit somme au final interrompu par un employé qui, pénaud, lui demandait si elle avait terminé puisque le restaurant était sur le point de fermer ses portes. Vague hochement de tête, elle peina à redresser sa carcasse pour fouiller dans son sac, y extirpant son porte monnaie, inspectant bien une dizaine de seconde l’addition - tout ça pour que le nombre inscrit à l’extrémité basse se stabilise et devienne lisible, avant de poser le total dans la petite soucoupe prévue à cet effet. Observant sa table débarrassée, elle esquissa un sourire, ravie de pouvoir enfin s’étaler correctement dessus, et de nouveau s’envoler dans les bras de Morphée.

Ou du moins, si son épaule ne fut pas, de nouveau secouée par une nouvelle main, restaurant cette fois-là bel et bien vide, ou presque. La femme se redressa alors de nouveau après avoir grogné un gémissement agacé, croisant le regard d’une personne âgée qui faisait presque sa taille alors qu’elle était assise. De sa main tremblante et crispée, abîmée par l’âge, elle frictionnait l’épaule du lieutenant.

Eh bien ma petite dame.. n’avez-vous pas un peu trop bu…? Ca va aller ?

Une voix grinçante, un timbre gras et pourtant lissé par une curieuse douceur, Galatea se redressa, peinant à tenir droite ou même à agripper son manteau sur le dossier de chaise, aidée par la gérante qui l’aida à l’enfiler, à rassembler ses affaires puis se lever - ne pouvant hélas l’aider à tenir debout. Appuyée contre la table, la bandoulière de son sac tenant à peine sur son épaule, la voix de la mamie semblait un peu s’éloigner d’elle, alors qu’elle semblait interpeller une autre personne.

Mon petit Aleksander, tu n’es pas encore parti… Cela te dérangerait de raccompagner cette jeune demoiselle jusqu’à son domicile…? Elle n’a pas véritablement l’air d’être dans un état de se repérer ou même de tenir debout, et les quartiers ne sont pas vraiment sûrs de nuit, surtout lorsqu’une femme sans défense s’y promène…

Pouvait-on réellement résister à la bouille charnue et crispée d’une mamie inquiète et attentionnée ? Même Galatea ne put s’empêcher d’esquisser, même en état d’ivresse, un sourire attendri, alors qu’elle s’inclinait poliment et du mieux qu’elle le pouvait dans un élan de lucidité face à la vieille, s’avançant en titubant jusqu’à la silhouette floue qu’elle apercevait depuis sa position. Un murmure enthousiaste. Merci mamie, je te revaudrais ça si je te croise un jour, tkt. Familiarité qui l’étonnait elle-même, c’est en arrivant à la hauteur du jeune homme que ses traits lui parurent bien plus familiers, tout d’un coup.

Désolé de vous faire faire un détour, soldat~~~~ J’habite à..euh..Aeon…? Pas super..méga loin d’ici, j’crois… Je m’en remet à toi, huh..?


   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-12, 19:28
NOPE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-12, 21:10

entertain
ft. aleksander
C’est pas les talons le souci…C’est ton alcool bizarre.

Elle inspira une grande bouffée d’air une fois sortie du restaurant, se sentant presque revivre, alors qu’elle s’agrippait le mieux possible au Ragnarök, s’appuyant tantôt sur son épaule, tantôt accrochée à son dos, tournant autour de ces deux appuis une fois que l’un commençait à l’agacer. Elle lui jeta un regard lorsqu’il s’arrêta - suivant sa trajectoire pour essayer de comprendre ce qu’il fixait exactement, et ce qui lui faisait exprimer une telle expression faciale, qu’elle ne trouvait pas spécialement choquante ni dérangeante venant d’un tel personnage, son ivresse floutant sans aucun doute l’état de monstre qu’il était.

Sourire lorsque son escorte reprit sa route, le suivant avec un peu de mal sans perdre le rythme pour autant, collant le côté gauche de son corps à celui d’Aleksander pour s’assurer une meilleure stabilité. Soupir profond, et las.

Le général, il pète les couilles. Grmblfudhso, j’le haiiiiis…. Avec ses airs de sale gosse prétentieux, j’ai envie de lui apprendre le respect... Si un jour j’en ai l’occasion, j’le.. j'le l’buterrrrrrééééé...

Fin de phrase à moitié murmurée et compréhensible, la fatigue semblait s’emparer d’elle en l’espace d’une seconde, réduisant durant ce laps de temps son corps à un simple état de légume, lui faisant perdre la stabilité de ses jambes avant qu’elle ne se serve de l’appui effectué sur le soldat pour de nouveau se dresser dessus. Elle écouta la remarque du blond sur son prénom, gratifiant à ce dernier un large sourire amusé.

C’est le prénom qu’ils m’ont donné, j’en ai pas d’autre. J’l’aime bien. Toi, c’est Aleksander, c’est ça ?... C’marrant, car c’était le nom du chien que j’avais avant. Un adorable labrador…

Elle s’essuya le coin de l’oeil de son index droit ganté, comme si une larme venait d’en couler suite à cette triste anecdote. Les chiens étaient sans doute les seuls animaux qu’elle pouvait saquer, avec les bébés phoques. Parce qu’ils étaient gentils, soumis, et peut-être un peu trop collant, ce qui était largement suffisant à palier aux manques d’affection qu’elle pouvait avoir à force de rester confinée à l’écart des relations sociales.

Mais à présent, elle n’avait pas besoin de chien, puisqu’elle n’avait aucun manque d’affection à combler, pas vrai ? Regard posé sur son interlocuteur. Haussement d’épaules.

Un bruit sourd, accompagné de la chute de l’homme qui se tenait à côté d’elle. Batte roulant au sol en une sonorité métallique, alors que trois hommes ruèrent de coup le serveur au sol. Son faciès autrefois presque stone se métamorphosa en un bien plus surpris de prime abord - les secondes s’écoulèrent alors qu’elle pensait qu’il allait réagir et répliquer, les souvenirs du massacre qu’il avait fait il y a quelques temps refaisant surface… Mais rien ? Ses yeux se posèrent sur la tête d’un de ses assaillants qu’elle fixait avec une grande fascination. Sourire. C’était donc ça.

Galatea augmente la pression !

Lentement et en essayant de ne pas trébucher, elle s’empara de la batte de baseball délaissée entre temps. Pas une seule seconde d’hésitation, alors qu’elle entra violemment en collision avec le crâne de ce dernier - crâne qui s’avérait d’ailleurs être dénué de toute pilosité. Le choc fit l’homme s’écrouler par terre, baignant dans une semi-inconscience alors que les deux autres individus se retournèrent vers elle, arrêtant leur occupation actuelle.

Baaah, j’ai tapé sur la taupe qui sortait du trou, j’ai pas l’droit à un prix ? ...Ok, j’ai compris, je dois frapper les trois !
L’ivresse du combat.

T’as quoi l’alien ? Tu veux t’battre ? T’va v-

Nouveau coup de batte en direction du voyou, cette fois-ci intercepté entre son poing. La jambe du lieutenant, emprunte d’une raideur, et pourtant d’une souplesse bien étrange pour quelqu’un de normalement constitué, qui serait ivre. Alors qu’une de ses jambe se fléchit, la seconde vint balayer les jambes du malfrat dans le but de le faire tomber, réceptionnant la batte de baseball avant qu’il ne rejoigne le sol, se servant de cet effet de surprise pour, en compagnie de sa super arme, percuter le crâne de l’homme qui se trouvait juste à côté, sa tête entrant en collision avec le mur, et peut-être avait-elle frappé un peu trop fort, puisque l’écroulement de l’individu fut accompagné d’une traînée cramoisie, même teinte présente sur la batte, faisant basculer cette dernière sur son épaule.

Deux !

Elle s’approcha du troisième homme au sol, l’extremité de l’arme d’aluminium tapotant gentiment sa tête, accompagné d’un sourire angélique.

Trois ! J’espère que j’aurais droit à mon prix demain, dans ma boîte aux lettres. Sinon, je vous dénonce aux autorités pour ARNAQUE. Souffla-t-elle, avant de suivre du regard le mec prendre les jambes à son cou dans une autre ruelle.

Racaille Jean-Eude, Michou et Francis-Lalanne ont perdu !
Vous remportez 1890 EXP et 18 000₽.
Galatea passe au niveau supérieur !


L’adrénaline… évaporée. La voilà de nouveau en train de tituber, lâchant son arme et enjambant les corps, alors que la lueur dans son regard semblait de nouveau reprendre celle qu’il possédait avant ce petit imprévu. S’avançant le mieux possible jusqu’à Aleksander, elle lui tendait curieusement la main, appuyée sur le mur de son autre pour ne pas tomber, au cas où s’il avait la gentillesse et l’amabilité de la prendre.

   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-12, 21:52
nope
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-12, 22:57

entertain
ft. aleksander
Une fois redressée, Galatea s’agrippa de nouveau à son collègue, entourant cette fois-ci son bras autour du milieu de son dos pour qu’ils se soutiennent mutuellement et ne pas qu’il tombe - et la fasse tomber - vu les coups qu’il s’était mangé, même si elle était curieuse de le voir totalement intact après tout ça. peut-être était-il juste très résistant ou quelque chose de ce genre - dans tous les cas, dans son état actuel, elle ne s’en souciait pas véritablement, les réflexions qu’elle avaient se noyant rapidement dans l’alcool, les effets de ce dernier bien loin d’être dissipés, l’ayant cependant un peu calmée et surtout plus fatiguée qu’autre chose, alors qu’elle se sentait presque en pleine forme tout à l’heure. C’est donc les effets que l’alcool a sur elle ? Plutôt bon à savoir, même si elle ne comptait pas vraiment renouveler l’expérience, une fois avoir repris ses esprits le lendemain.

Au fur et à mesure qu’elle commençait à reconnaître les buildings d’Aeon et donc à se repérer à partir de là, elle sentait cependant la prise du Ragnarök devenir plus faible, si bien que s’appuyer sur lui était risqué et qu’elle fut forcée de s’agripper, elle aussi à sa taille pour empêcher sa chute, tout comme lui le faisait avec elle, puisque si l’un tombait, dans cette situation, l’autre allait inéluctablement suivre, et la chute allait être aussi douloureuse que pitoyable.

Quelle idée d'aller manger aussi loin de chez soi, aussi.
Je.. Je comptais pas te croiser, et encore moins rentrer bourrée, j’aurais pas eu de souci pour revenir toute seule... Mais bon.. Ta faute.

Ouais, c’était sa faute de s’être souvenu d’un gage d’un jeu qu’elle avait elle-même commencé, pas vrai ? Et le pire, c’est qu’elle l’avait loupé, ce gage. Alors que récoltait-elle, au final, à part la chaleur éphémère du corps de l’un de ses soldats ? Certainement rien. Lentement, Galatea pointait du doigt un immense bâtiment à une centaine de mètres d’eux, exprimant un faciès illuminée devant la beauté du mot qui apparaissait dans son encéphale ; dormir. Oh oui, qu’elle avait envie d’avaler un cachet et de dormir, avant de se maudir demain d’avoir été si peu professionnelle et droite… Si elle se souvenait de tout ça, d’ailleurs. Et au fond, sans même le savoir, elle espérait que tout ça reste enfoui profondément dans son cerveau, et n’en sorte jamais.

C’est ici.

Elle accorda un regard à l’homme qui, en l’espace d’une grosse poignée de minute avait changé du tout au tout. En fait, à chaque fois que son regard croisait le sien, elle avait l’impression d’avoir affaire à une personne différente - sentiment incroyablement frustrant et fascinant à la fois. Qu’est-ce qu’il était, à la fin ? - Avait-elle réellement envie de le savoir ? Cet étrange et fatal sentiment d’impuissance face à un savoir qu’elle ne veut pas atteindre l’attirait hélas cependant un peu plus vers lui. Comme quoi, ce monde n’était peut-être pas perdu, si un être sur ces terres misérables pouvaient éveiller la curiosité de Galatea.

La jeune femme se força à fouler des pas un peu plus grands malgré la difficulté de la chose, et, disons-le clairement, ses talons - traînant à moitié le cadavre d’Aleksander - d’H4VØC ? - qui semblait se gélifier à chaque pas. Une fois devant le bâtiment, elle glissa une main maladroite dans son sac à main, fouillant jusqu’à entendre un bruit métallique caractéristique d’un pass qu’elle glissa à l’endroit adéquat, laissant l’accès à une grande porte qu’elle tira comme elle pouvait, armée de sa force de mouche. S’appuyant sur le verre de son épaule libre, elle fixa le super-soldat du coin de l’oeil.

...T’as pas l’air en super forme, je peux t’héberger pour ce soir, si tu veux.

Avant même qu’il ne réponde, elle le happait à l’intérieur du bâtiment, poussant les nombreuses portes de sécurité en traînant leurs deux corps, jusqu’à ce que l’ascenseur réponde à l’appel et ouvre ses portes, s’autorisant cette fois-ci à le lâcher pour s’appuyer sur la rambarde.

•••

Etage 47.


Après de longues minutes passées à observer les chiffres, puis les nombres qui défilaient sur l’écran, les portes finirent par s’ouvrir sur le couloir du quarante-septième étage, rapidement foulés par les pas des deux assassins cramoisis. Titubant jusqu’à sa porte, elle peina à trouver la serrure de cette dernière, testant un bon nombre de clé par la suite jusqu’à ce que la bonne rentre, suivi d’un scanner oculaire, se penchant en ouvrant le plus possible son oeil droit.

SUCCESS.
« Bienvenue, lieutenant-colonel Galatea. Il est actuellement une heure trente cinq du matin. La température ambiante est de 19 degrés. Missions en cours : aucune. Missions en attente : une. »

Elle ignora totalement l’IA qui piaillait dans le vide, tirant Aleksander par la manche de son manteau pour l’attirer à l’intérieur de son domicile et fermer la porte derrière, les lumière de l’appartement faisant leur travail en éclairant les pièces qu’elle foulait. C’était un appartement relativement grand, s’étendant sans doute sur soixante-dix mètre carré, décoré au goût du jour - très moderne et pourtant peu meublé, puisque ce logement lui a été gracié par Ragnarök de part son grade pour lui permettre un meilleur confort disaient-ils.

Elle retira mollement son manteau et son sac, les abandonnant sur le canapé, s’asseyant par la suite sur ce dernier pour retirer ses chaussures, et par extension ses prothèses qui étaient adaptées à la forme de ses talons, extirpant d’un des tiroirs mécaniques du canapé des prothèses bien plus adaptées à un sol plat, qu’elle emboîta avec un doigté et une facilité ennuyeuse.

Sans réelle vergogne, ses bras se croisèrent sur sa taille pour agripper les bords de son haut et se débarrasser de ce dernier, dévoilant une lingerie affreusement simple. Son dos s’enfonça dans la matière du canapé, alors qu’elle fixait le britannique, qui avait sans doute fait comme chez soi.

Désolé de t’avoir fait faire de la route pour rien, si t’étais crevé, tu aurais dû me lâcher avant.

Elle, s’excuser ? Elle n’avait définitivement pas l’alcool mauvais, et ne savait si cela était une bonne chose ou pas.

   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-13, 00:01
nope
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-13, 01:22

entertain
ft. aleksander
Il s’était littéralement… écroulé. Si fatigué que s’allonger lui était une tâche ardue, vraiment ? Galatea l’observa de longues secondes dans la posture ridicule qu’il avait adopté, s’approchant un peu. Peut-être qu’il était mort - pensée chassée de son esprit en constatant ses épaules doucement bouger sous son souffle. Le lieutenant-colonel se redressa de sa position qui était devenue que trop confortable en un soupir las, s’emparant des affaires qu’elle avait laissé juste à côté d’elle pour les déposer à même le sol, dans un coin où elle ne se prendrait pas les pieds dedans. Un regard adressé à la carcasse du blond, alors qu’elle fit l’effort de puiser dans ses dernières forces pour le tirer correctement sur le canapé, l’installant correctement sur le dos, après lui avoir ôté son manteau et ses chaussures - peut-être un peu trop précautionneuse.

Elle finit par elle-même se traîner jusqu’à la salle de bain sans grande conviction alors que le reste de ses vêtements tombèrent dans cette pièce, sauf le gant qui recouvrait en permanence sa main droite, puisqu’elle ne pouvait véritablement faire autrement. Baillement, elle s’assied sur le rebord de la baignoire, se soutenant la tête - déjà un poil plus lucide dans ses pensées, suffisamment pour ne pas déblatérer les immondes conneries qu’elle avait pu dire durant cette soirée.

•••


La porte s’ouvrait sur son corps, alors que la salle de bain fumante laissait s’échapper la vapeur emmagasinée dans cette pièce si étroite. Cheveux attachés en hauteur, elle n’était affublée que d’un débardeur et d’un short, tout deux ridiculement simple et..ordinaires, comme si l’arme pouvait devenir, en espace de quelques instants, à ce qui semblait être un humain - à un détail près, un humain avait des jambes ordinaires et aucune modification physique ou mentale, pas vrai ? Haussement d’épaule désinvolte, elle accordait un machinal regard au corps endormi de son soldat, comme une mère veillerait sur son enfant, stupide réflexe protecteur et presque naturel qui ne l’avait bel et bien pas quitté. Son corps s’affala dans un des sièges un peu à côté du canapé, s’emparant de la télécommande pour allumer l’hologramme qui servait à présent de télévision. Et, elle zappait. Et zappait, et zappait - et tout était, étrangement, non, naturellement, d’un ennui léthargique. Tout avait une fin, et l’amusement ne faisait pas exception à la règle après tout. Autre regard porté à Aleksander.

Ne devrait-elle pas aller dormir ? Elle ne pouvait se permettre de dérégler son sommeil, vu l’emploi du temps qu’elle avait. N’était-elle pas fatiguée ? Plus maintenant. Et c’est ainsi que les heures lentement s’écoulèrent, alors qu’elle faisait de temps à autre des allés retour dans son domicile lorsqu’elle n’essayait pas de se poser dans son lit pour inciter Morphée à l’enlacer - sans grand succès.

Elle s’était finalement retrouvée au même endroit qu’au départ, yeux levé sur le plafond obscur. C’était chiant, tout ça. Dire qu’elle se sentait tellement bien tout à l’heure, lorsque l’autre l’avait raccompagnée en l’enlaçant - ouais, ses bras l’avaient littéralement assommée, et c’est à ce moment qu’elle se sentait fatiguée. Son regard ocre, sans que sa tête ne bouge, se posa presque mécaniquement sur la silhouette de l’allemand, qui s’était à première vue tourné face à elle durant son sommeil. Ce mec a l’air d’être une loque depuis qu’il est arrivé ici de toute manière, et même lorsqu’elle foutait le bordel, il continuait de dormir. Donc c’est pas ce petit truc qui allait le réveiller, hein ?

Galatea se leva alors mollement en s’approchant du sofa, s’asseyant sur ce dernier pour finir par littéralement prendre place à côté de lui, allongée et blottie contre lui à cause de la largeur du meuble et parce qu'elle le voulait bien, ses bras entourant son corps pour se nouer autour, son visage, lui, ayant prit place sur le haut de son buste pour s'y caler contre. Grande inspiration, ne résultant à rien d’autre que l’inhalation de l’odeur corporelle du soldat, qui n'était pas véritablement désagréable.

Elle ne ressentait rien, et pourtant, ce sentiment de pesanteur tellement agréable semblait de nouveau envahir son corps et son esprit.

Mettons ça sur le compte de l’alcool, hein.

   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-13, 02:06
nope
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-13, 03:48

entertain
ft. aleksander
Onze heure du matin.

Ses yeux, lentement s'ouvrirent, rideau de chair devenu bien trop impuissant face à la lumière qui baignait son corps de son affreuse lumière matinale, mais les refermait bientôt pour, de nouveau se blottir contre ce qui semblait être con oreiller humain et profiter de l'obscurité qu'il apportait à ses paupières. Coup de massue semblant cogner son crâne en une insupportable symphonie, la lumière du soleil ne faisant qu'aggraver la douleur.  De ses doigts, elle tâtait la matière que son derme effleurait - un tissu, puis un dos, des omoplates, une colonne vertébrale, et enfin des souvenirs, flous, et sur lesquels il était compliqué de poser des mots. La seule chose dont elle se souvenait clairement était le moment où elle l'avait rejoint sur le canapé. Et...Honnêtement, elle ne chercha pas à fouiller davantage dans son cerveau pour ne pas intensifier cette migraine qui la faisait grimacer.

Au bout de quelques minutes passées sans entrevoir la lumière, elle risqua finalement d'éloigner sa tête du buste du soldat pour observer un instant le visage endormi de celui-ci, les yeux entrouverts. Ouais, son visage ne lui revenait véritablement pas - tellement différent de ce qu'elle avait aperçu la première fois qu'elle avait examiné ses traits. Etaient-ils veritablement la même personne ? Petit sourire esquissé, alors qu'elle calait sa tête contre le sofa pour observer l'anglais - à présent sans penser à grand chose, plus parce qu'elle n'avait rien d'autre à regarder, aussi stupide cela pouvait-il pareil.

Et finalement, ce sont ses yeux à lui qui se mirent à s'ouvrir. Elle le fixa un instant, alors que l'expression faciale qu'il exprimait - peut-être trop innocente et reposée fit apparaître sur ses lippes l'esquisse d'un sourire malicieux, nullement dérangée par l'atmosphère qu'il dégageait. Il ne semblait véritablement pas l'avoir remarqué pour le moment, et quand bien même, elle n'appréhendait pas spécialement sa réaction.

Elle restait immobile, le fixant, son sourire pas un seul instant ne quittant ses lippes blafardes et presque gersées par le supplice que ses dents leur faisait subir quand le froid ne les torturaient suffisamment pas pour les assécher. Et finalement, leurs regards finirent par se croiser, alors que le corps masculin qui se trouvait à côté du sien se redressait lentement, suffisamment pour attirer quelques frissons au lieutenant-colonel qui se crispait alors sous le froid qui semblait envahir son être, proie à la fraîcheur matinale.

Immobile. Elle le fixait, de nouveau emprunte de cette expression impassible et froide qu'elle avait l'habitude d'arborer. "What the fuck?", ta gueule. Lentement, Galatea se redressa alors à son tour sur l'un de ses coudes, enroulant alors son bras autour du cou d'Aleksander, se relaissant par la suite tomber sur le sofa en l'emportant dans sa misérable chute, le ramenant contre elle, le surplombant cette fois-ci plus ou moins, son visage à lui dès à présent à la hauteur de son buste, profitant de cette position pour l'enlacer comme elle l'aurait fait avec une peluche trop douce et confortable pour être lâchée.

Tais-toi, reste encore un peu. Et te relève pas comme ça, fait froid putain.

   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-08-13, 04:56
nope
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Galatea
LIEUTENANT COLONEL // PREDATOR
No one can hide from my sight
Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-13, 16:42

entertain
ft. aleksander
Elle se sentait vivante. Pas besoin d'affection pour vivre, non. Mais… C'était agréable, aussi stupide cela pouvait-il paraître. Alors elle se contentait simplement de suivre ses désirs sans se poser de question, le temps de quelques instants - mais voilà, on l'arracha bien rapidement à sa tranquillité, secouée et délaissée par celui qu'elle avait sollicité un peu plus tôt. Aleksander se redressa, tâtant le sol jusqu'à trouver son manteau duquel il extirpa une seringue, avant que la détresse dans son regard ne s'apaise. Galatea soupira avant de s'étirer de tout son long, le fixant du coin de l'oeil rejoindre la salle de bain en trombe. Il était définitivement louche, ce gars. La silhouette de la femme se redressa paresseusement sous les alertes de l’IA qui devenaient presque agaçantes alors qu'elle avait su les ignorer et y faire abstraction. Elle retira l'élastique retenant sa crinière, se dirigeant jusqu'à sa chambre.

Quelle est ma mission en cours ?
La voix stridente et aiguë de la machine résonnait dans l'appartement.
« Mission n93807, code d'authentification : 0010534. Vous devez abattre un groupe de malfrats situés dans l'aile Nord d’Equilibrium ; Akhora.
Nombre potentiels d'individus : inconnu.
Races potentielles des individus : humains, altered, android.
Taux de réussite : 81,9%, à soustraire de 15% à en juger votre fatigue morale et physique, ce qui donne un total de 66.9% qui pourrait baisser davantage en fonction de la force des individus. /!\ Échec envisageable, échec envisageable. Aucun échec toléré. 2746292.
Repos nécessaire pour assurer la réussite de la mission.
Échéance : 23:30:54.
»

Et si je n'y vais pas ?

« En cas de refus, vous serez convoquée à |||||||||||| et attendu par le docteur |||||||||||||| dans les 72h pour procéder à une rectification des données puisque votre dissidence, manque de sérieux, professionnalisme et rationalité ne seront qu’encombrant. »

Pourquoi est-ce qu'on me donne toujours le boulot le plus ennuyeux...

« Peut-être qu'en devenant général, tout se passera mieux.
Mission en cours : 1. Mission en attente : 0.
»

Soupir.
Galatea rassembla ses affaires, soigneusement pliées et rangées dans son armoire qui ne contenait d'ailleurs pas grand chose à part plusieurs exemplaires de la même tenue, et quelques autres qui étaient abandonnées dans un coin. Elle tendit l'oreille. Toujours aucun bruit. S’emparant de sa tenue de travail, elle glissa cette dernière sous son bras, s'arrêtant par la suite devant la porte de la salle de bain.

Peu importe ce que tu fais, ouvre cette porte pour que je puisse m'habiller, j'ai du travail. C'est sur ces mots et sans attendre davantage qu'elle poussa la poignée dans l'optique de pouvoir pénétrer dans la pièce, sans grand succès - comme si quelque chose bloquait l'accès et l'empêchait d'ouvrir, comme une forme humaine par exemple. Le ton de la femme devint alors plus las et ennuyé, se massant la nuque de sa main libre.

Et si la position dans laquelle on s'est retrouvés ce matin t’intrigue, je te rassure, il ne s'est rien passé. Elle grinca les dents. Alors dépêche-toi de faire ce que tu as à faire et ouvre-moi, je te prie.

C'est sur ces mots qu'elle finit par s'adosser contre le mur à côté de la porte, bras croisé, son crâne heurtant la matière immaculée résonnant en un bruit sourd.


   
Libella+Aki




   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Entertain || ft. aleksander
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» 07 — INTRIGUE 3 : aleksander, alister & sévan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: EQUILIBRIUM ; « DAFTLAND » :: Grayham :: Chinatown-
Sauter vers: