//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: CONFIGURATION DU PERSONNAGE :: Registres :: Validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

GARDE A VOUS! [Fini] (J'arriverai jamais avec les images xD)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-08-10, 20:26
Hysteria
Si vous ne me respectez pas, vous apprendrez à me craindre.
Gang Ouest
SURNOM(S) ○ Chef
RACE ○ Altered
NATIONALITÉ ○ Américaine
ORIGINE(S) ○ Américaines
LOCALISATION ○ Son Bureau
HABITATION ○ Andromeda
SITUATION MARITALE ○ Inconnu
FINANCES ○ Modeste
OCCUPATION ○ Faire fonctionner au pas son Gang.
MÉTIER ○ Chef, ex Militaire
ORIENTATION SEXUELLE ○ Inconnu
THEME SONG ○ Lilium ~ Elfen Lied
caractèreStricteForteOrganiséeAssez effrayanteIngénieuseLeader néeFroideAssez aigrieLogiqueAttentiveHumaine
POUVOIR ○ Vision Analytique : Ce pouvoir permet lorsqu'on fixe un objet ou une entitée de le voir en "3D" et de le "calculer". Exemple: une pièce dans la main, on va visualiser l'image puis en calculer son rayon son épaisseur et son poids. De même pour une personne ou un immeuble (taille, volume, surface, ect..)

PSYCHOLOGIE ○
C'est comme si Hysteria n'avait connu rien d'autre que la discipline. Et ce n'est pas totalement faux. En effet elle a fait son service militaire dès son plus jeune âge et n'a jamais connu un autre univers que celui-ci. Néanmoins, rebelle dans l'âme malgré son aspect très discipliné, elle quitte ses camarades pour prendre le pouvoir à l'Ouest. Décision prise de manière logique et implacable. Prise selon SA logique. A ce jour, elle est la seule femme à être à la tête d'un gang et est sans doute la meilleure chef jamais connue dans tous les gangs confondus. Adorée et crainte à la fois, Hysteria est ce genre de femme dont on ne sait jamais à quoi s'attendre... Vous savez, un peu comme le mariage, du style : Pour le meilleur et pour le pire !

Taille : 1m77Poids : 63kgPointure : 41,5Yeux : BleuPeau : BlancheCheveux : BlondSigne particulier : Quelques cicatrices récoltées au cours de combat. Porte une mèche de cheveux devant son œil droit pour avoir une meilleure acuité visuel nocturne.Objet fétiche : sa baguette télescopiqueArme à feu: Fusil personnaliséArme blanche: Toujours au supra-minimum 1 couteau sur elleStyle vestimentaire: Réglementaire.Bijou: Une chevalière.

HISTOIRE ○ Au rythme d’un métronome

histoire -

Un ! Deux ! Un ! Deux !

Tel le rythme d’un métronome la jeune femme regardait les soldats passer. Hysteria avait l’impression de n’avoir jamais connu que ce rythme depuis qu’elle était née.

Une ! Deux !

C’est le nombre de claque qu’on lui avait mis sur le derrière une fois sortie du ventre de sa mère. En effet, contrairement à d’autre bébé qui s’époumone une fois quitter le placenta rassurant, la nouveau née s’était contenter de respirer et d’essayer de capter les nouvelles sensations qui l’envahissait. En premier lieu l’ouïe. Une multitude de sons l’avaient assaillit, Aigue, grave, froid, chaleureux, puis un grand mouvement dans l’air avant d’entendre un claquement. Le toucher, deuxième découverte d’un de ses sens, on lui en colla une deuxième ce qui la brula encore plus et elle lâcha un cri. Le goût, et l’odorat, enfin si on peut réellement parler de goût et d’odorat un truc mou et pas bon qui vous rentre dans les narines et la bouche. Puis une fois qu’une sensation d’être dans un cocon vous envahit vous essayer votre dernier sens, la vue. Deux prunelles qui s’ouvrent sur un monde inconnu.

Oui Sergent !
Je n’ai rien entendu soldat !!
OUI SERGENT !

Crier, c’est un jeu pour lequel elle était doué depuis ça naissance. Ce n’était pas un bébé trop bruyant ni chouineur. La petite fille ne se faisait entendre que lorsque c’était nécessaire. (Comprenez ici pour la bouffe et qu’on change son arrière train.) Parfois sa mère lui demandait de se taire tandis qu’elle finissait son travail. Alors elle criait plus fort. Plus l’individu lui criait dessus, plus Hysteria s’époumonait. La loi de la jungle, pour survivre et se faire entendre il fallait rugir plus fort que l’autre. Ca elle l’avait compris. Et sa mère ne cessait de dire qu’elle la rendait Hystérique.

Un ! Deux ! Du nerf soldat !

C’est comme ça qu’elle apprit à marcher son père la tenait du bout des bras, ses pieds sur les siens et la faisait avancer en citant « Un ! Deux ! Un ! Deux ! ». Si bien que l’enfant cru que c’était le nom de ses pieds. Quand sa mère essayait seule la mettant juste debout et lui disait d’avancer elle ne bougeait pas. Celle-ci ne comprenait pas pourquoi avec son père elle faisait un effort et pas avec elle. Un jour de congé, son père la faisait marcher en disant « un, deux » alors elle avançait ses petits petons et faisait ses pas. Voyant qu’elle n’avait presque plus besoin d’eux sa mère se mit en face de son mari et incita l’enfant à venir vers elle. Le bébé ne bougea pas. Sa mère la pressa et lui dit de venir. C’est choqué qu’elle entendit un « Non » sortir de la bouche de son enfant. Un « Pourquoi ? » fit écho et sa mère tomba sur le postérieur quand sa fille lui répondit : « Un, deux, veut pas. »
Ce jour là sa mère cria une fois de plus combien sa fille la rendait hystérique en la pointant du doigt. Et Hysteria en détermina que c’était son prénom.
On du d’ailleurs changer son prénom d’origine pour ça. Car elle ne répondait jamais quand on l’appelait normalement. Sa mère mit du temps à comprendre. Mais son père grand militaire parlant peu et raisonnant beaucoup avait vite compris. Surtout quand à l’école on rapporta qu’on pensait de la petite fille qu’elle avait des problèmes d’audition vu qu’elle ne répondait jamais à l’appel de son nom. C’est d’ailleurs son statut au sein de l’armé et ses relations qui lui ont permit de changer son prénom.

Vous avez peur soldat ?!! Pas de chance mais votre mère n’est pas là pour que vous puissiez allez pleurer dans ses jupons !

La peur, une notion dont on a pas tout à fait conscience. Hysteria avait connaissance de ce terme et de ce qu’il signifiait. Mais elle n’avait pas peur du noir, quand sa mère lui criait dessus ou la frappait, quand le tonnerre grondait et les éclairs fendaient le ciel. Non toutes ces choses ne l’effrayait pas. Au contraire ça la fascinait et la poussait à chercher le pourquoi du comment. Ne s’intéressant qu’à ce qui devait avoir son attention.

Plus vite soldat ! Même ma grand-mère irait plus vite que le pachiderme que vous êtes ! Lent comme vous êtes vous allez crever sur le champ de bataille ! C’est ce que vous voulez soldat ?!! Vous voulez mourrir ?!!

La mort. Cette fin de vie qui nous attend tous. Et cette dure réalité à laquelle on est confronté un jour ou l’autre. Au-delà des cours, des jeux de stratégies, des puzzles ou de son père, une autre chose eu plus d’importance pour Hystéria. Son petit frère. Cette chose la captivait. Elle passait tout son temps à le regarder pour essayer de comprendre la logique de cette chose. N’y parvenant pas toujours. Cinq mois qu’elle le regardait jour et parfois la nuit aussi. C’est d’ailleurs une nuit que ça se produisit. Depuis quelque temps de gros orages survenaient, et habituellement le bébé effrayé se mettait à pleurer. Entendant le ciel gronder Hystéria du haut de ses 10 ans alla dans la chambre de son frère sachant qu’il allait se mettre à pleurer. Le tonerre éclata mais l’enfant ne cria pas. Il ne se réveilla même pas. La fillette ne comprenait pas pourquoi. Ce n’était pas logique. Le sortant de son berceau elle le prit dans ses bras. Il était geler et elle ne sentait pas son coeur d’oisillon battre. Elle comprit que ce n’était pas normal et entra dans la chambre de ses parents. Son fardeau dans les bras. Réveillant ses parents leur expliquant qu’il ne se réveillait pas. Sa mère commença à crier et son père à s’agiter aussi. Elle comprit. La mort. Voilà ce qui arrivait à son petit frère. La mort.

Au Rapport Madame !

Détournant son regard de la vitre surplombant une partie du complexe militaire, Hysteria regarda la personne que son garde du corps venait de faire rentrer dans son bureau.
Je regardais son col et vit un de ses insignes mal accroché.

« Vous ne savez toujours pas vous vêtir convenablement à votre âge ? »

L’homme en face pâlit et se scruta de part et d’autre comme un chien qui cherchait sa queue pensant qu’elle aurait disparu. D’un coup sec je sortis ma baguette télescopique. A ce son le jeune se figea et je lui pointais d’un coup son col.

« Apprenez à mettre votre insigne correctement. Surtout lorsque vous devez vous présentez à vos supérieurs. Rompez je ne veux plus de vous dans mon bureau. »

Je m’apprêtais à retourner à la contemplation de l’entraînement quand je l’entendis esquisser un :

« Madame.. Concernant le rapport.. »

Je pivotais sur moi-même vivement en le foudroyant du regard et n’ai pas eu besoin de faire plus avant qu’il ne déguerpisse. Je n’étais pas une maniaque de l’ordre comme les accro du ménages. Mais la rigueur, l’organisation et la logique était fondamentale pour la prospérité de l’esprit.

La discipline aurait dit son père. Hors jamais sa mère ne l’avait discipliner et son père encore moins après la mort de son frère préférant l’envoyer dans des écoles militaires afin que d’autres le fasse. Sauf que même là-bas, Hysteria avait continuer ce qui lui semblait uniquement avoir de l’intérêt et de la logique. On la traitait de rebelle. Pas vraiment. Elle ne concevait pas de faire des choses futiles et illogiques.

RAPPORT EMEUTE QUARTIER NORD

Je pris le dossier que l’enfant avait posé sur mon bureau et me mis à le lire. Apparemment c’était une nouvelle émeute concernant le quartier Nord. C’était le quartier le plus pauvre de la ville. Néanmoins leur imposer encore plus de restriction ou envoyer des troupes là-bas ne ferait qu’attiser leur colère. Je décidais d’aller en toucher deux mots à mon supérieur. Qui aujourd’hui n’était pas mon père. Enfin j’avais bien quelques supérieurs avant lui. Je supposais qu’on m’avais convoqué. Après tout on mettait toujours des stratégies en place suite à ces évènement.

Sortant de son bureau, le garde la suivit comme à son habitude jusqu’au lieu de réunion habituel. La secrétaire la laissa entrer et son ombre resta sur le porche à l’attendre. Personne ne se trouvait dans le bureau, devant être passé dans le petit salon elle s’approcha de la porte pour y pénétré quand des bribes lui parvinrent et la firent s’arrêter nette.

« - .. Ne peut plus duré ! C’est la quatrième fois ce mois ci !
- Qu’est-ce qui l’a déclenché cette fois ? Questionna son supérieur direct.
- Une femme qui voulait faire hospitaliser son enfant. Dit placidement le général en réponse à la question.
- Je suppose qu’elle n’avait pas les moyens que l’hôpital la raccompagné à la porte et que ça n’a pas plus à son mari.
Il n’y eu aucune réponse mais je supposais que le général avait hocher la tête. Quand l’insurger reprit ses indignation.
- Ca fait des années qu’on devrait cramer ces bidonvilles. A part nous apportez des problèmes ils ne servent à rien d’autre !
- Mais si, on travaille aussi grâce à eux. Taquina son supérieur.
Le Général se racla la gorge et un fit ce sont avec sa bouche, ce son qui je le sais n’annonçait rien de bon.
- Equilibrium a trouver la solution. Pour éviter que les bidonvilles ne soit surpeuplé ou que l’on revive un épisode d’épidémie il a décidé de mettre en place une cellule d’exécution. Un régiment sera installer dans les hôpitaux proches des bidonvilles et banlieues. Sa mission sera d’exécuter les enfants malade dont les parents ne peuvent pas payer les soins. Cela réduira donc les risque d’épidémie, la procréation des générations futures et de nouvelles émeutes. Les détails sont dans les rapports.
- Equilibrium a toujours réponse à tout.
- Quel régiment se chargera de cette mission ?
Le général ne répondit pas et au son de papier je su qu’il avait indiquer le rapport et que mon supérieur était en train de le lire.
- Le régiment de… Hysteria ? Vous êtes sur qu’elle en sera capable ?
- Je sais que cette femme n’a que faire de la mort d’un enfant.»

Sans savoir pourquoi je sentais de nouveau le corps glacial de mon petit frère contre moi. Il est vrai je n’avais pas pleurer à sa mort. Ce n’est pas que j’étais trop jeune pour comprendre. Au contraire, je comprenais très bien. Mais je savais aussi que c’était ce qui nous attendait tous. Par contre je n’étais pas une tueuse. On devait tous mourir certes. Mais par soi-même. Personne ne devrait avoir le droit de vit ou de mort sur quelqu’un.
Je ne pouvait rebrousser chemin maintenant. Si je retournais dans mon bureau maintenant pour y donner ma démission, la secrétaire pourrait le répéter au Général qui comprendrait tout aisément. De ce fait j’attendis un peu avant de pénétrer dans le petit salon. Mais une chose est sur si l’armée se laissait manipuler par Equilibrium comme des pantins moi non. Ce n’est pas une divinité même si c’est une entité. Qui n’a pas conscience de ce que représente une vie humaine et ne se réfère qu’au statistique qu’on lui demande.

Et c’est là qu’Hystéria se décida. La logique oui, l’organisation oui, l’ordre oui, la discipline pourquoi pas. Mais ne voir le monde qu’avec des chiffres ? Ils voulaient voir des chiffres aller dans leur sens du poil ? Et bien soit, elle se battrait désormais contre ces chiffres selon sa logique.

LETTRE DE DEMISSION

C’est la seule chose qui resta dans ce bureau vide.
COUCOU ROLISTE :
Après 1 an sans RP j’ai l’impression de rentrer à la maison. Quelques uns me connaissent et savent que j'adore Harry Potter. Sinon j’ADOOOOOOORE les Pingouins ! Les pingouins ont des genoux, volent et c’est pourquoi il domineront le monde. (Ne pas faire attention au gens qui disent que je suis une stalkeuse de RP. Je sais pas de quoi ils parlent !)
Revenir en haut Aller en bas
GARDE A VOUS! [Fini] (J'arriverai jamais avec les images xD)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» photos du monde comme vous ne l’avez jamais vu !
» Ces choses que vous ne porterez JAMAIS!
» La douleur elle disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec...
» Garde à vous, M6
» je vous présente mon histoire avec ma fille Inès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: CONFIGURATION DU PERSONNAGE :: Registres :: Validés-
Sauter vers: