//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: PARTY HARD :: LES RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bipolar b.i.t.c.h. ► Nemesis

avatar
Invité
Invité
2015-11-11, 20:25

Bipolar b.i.t.c.h.

with Nemesis.
music.




Tu te lèves, tu te réveilles dans cette pièce trop sombre à ton goût. Il devait être une heure tardive, une heure où tout le monde est déjà debout. Sûrement 15h de l'après-midi. Tu ne pouvais pas dormir tranquillement lorsque le QG bougeait son cul pour ses strip-teaseuses et pour ses fêtes jusqu'au levé du jour. Tu soupires et te lave le corps avant d'enfiler tes vêtements. Mais avant tout, tu te bandes le corps. L'intégral de ton corps, même ton visage. A part tes petites mèches flamboyantes ... Rien ne dépassait de sous ces bandages, tu ressemblaient à une parfaite momie. T'avais pas envie de te dévoiler au monde aujourd'hui, pas pour le moment. T'avais quelque peu la haine, malgré ce doux petit sourire ornant des jolies lèvres.

Puis tu sors de ta petite salle, tu sors du QG pour courir de quartier en quartier vers l'Ouest. Qu'est-ce qu'tu pouvais pas piffrer ce lieu maintenant. Au début, ça ne te faisait rien du tout d'aller là-bas, maintenant ça te donne envie de gerber et de foutre la merde un peu partout. C'que t'aimais pas, c'était surtout leur gang. Gang à la con, ouais. Tu te dis qu'aller à leur planque serait une merveilleuse idée mais il risque d'y avoir trop de monde à frapper ... Trop de monde tue le monde, donc peut-être devrait-on éviter d'attirer la foule maintenant ? Autant se concentrer sur une seule et unique personne ... Comme elle là-bas. La femme aux cheveux bleu azur qui se balade tranquillement dans la rue. Tu la regardes de loin avant de foncer vers celle-ci et lui faire un jolie croche-pied.

- Bingo.

La dernière fois, un groupe de personnes venant de l'Ouest t'avaient bien tabassé la gueule. La dernière fois, t'avais tabassé un petit Ouest solo, tu sais même pas ce qu'il est devenu. Aujourd'hui, tu t'attaques à cette femme dont t'as aucune idée de ce qu'elle fait dans la vie. Peut-être qu'elle ne fait même pas partie de ce gang de merde. Qui sait, t'attaquais tout ce qui bougeait aujourd'hui, et ton sourire pouvait le faire comprendre à tes petites proies du jour.

N'est-ce pas, jeune fille ?

- Les gens de l'Ouest savent jamais tenir debout, on dirait.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2015-11-11, 22:21













nemesis & nurhaci


sale roux





// u're a fucking hurricane


tu levais les yeux vers le bleu du ciel, un sachet parmi tes infimes mains nivéennes. c'était l'une des rares fois où tu mettais les pieds dehors & aspirant l'air qui mêle senteurs du matin aux effluves fraîches de ton parfum, un léger sourire étirait tes lippes gercées & rosées par le froid. ton regard se portait sur la nation, dévisageant chaque faciès & analysant chaque sentiment - non ce n'était pas des sentiments puisqu'ils étaient controuvés mais plutôt des rôles. ils jouent tous un rôle qui ne leur appartient pas & tu fais de même, nemesis, parce que c'est le seul auspice qu'on détient pour se protéger des uns des autres.
on s'aime, on se déteste, on se sauve, on se détruit & tout ce qu'on fait, c'est cacher nos vrais émois, nos vraies pensées. c'est ainsi que fonctionne ce monde avili par les hommes. & ce n'est pas toi qui changera quelque chose, nemesis.

tu t'hasardes aux angles de rue, essayant d'atteindre ton taudis sans trop tarder.
personne ne t'attendait chez toi mais tu n'aimais pas les gens, tu n'aimais pas leur superficialité & leur indifférence face à tous les problèmes qui nous entourent. ils s'en foutaient, ils s'en foutent & ils s'en foutront toujours. on ne change pas la peuplade. foudroyée - tes pieds dérapent, tu avais l'impression que le bleu ciel tombait sur tes épaules & tes songes s'évanouissent, disparaissent. les pleurs ne mouillaient pas tes rouges prunelles mais tu te sentais vaincue. vaincue par le monde. ton front était plissé & tu levais les yeux au ciel pour découvrir celui qui t'avait ignoblement bafouée en te faisant heurter le sol. ton regard s'assombrit & tu sentais sur ton âme écrasée toute une mer de honte. tu te redresses, un honneur révolté ruisselant de tes mirettes.
tu étais vaincue mais pas domptée.

prise d'une rancœur sans précédent, tu lâches ton sac. ton poing se serre & vient se cogner contre la mâchoire de cette pourriture qui t'avait humiliée devant tout le monde. sans aucune raison. sans. aucune. putain. de. raison. tu savoures le bruit de tes doigts qui claquent contre sa peau. tu le prends par le col & tu le fixes, les dents - les crocs sanglés & les yeux teintées de noir. ça te fait marrer de faire tomber les gens hein, espèce de petit enfoiré? tu le jettes au sol, les yeux écarquillés & le souffle saccadé. là c'est toi qui est au sol donc tu ferais mieux de rester à ta putain de place. parce que ouais, le sol c'est ta place. si t'as assez de cran pour faire tomber les gens sans aucune raison, reste au sol comme une merde. étrangement ça te va bien. il te faisait de la peine. son sourire te donnait envie de lui arracher la gueule mais tu te retenais. tu te retenais parce que tu avais encore un peu d'espoir en ce monde meurtri & empoisonné, juste un peu.


robb stark



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2015-11-12, 00:57

Bipolar b.i.t.c.h.

with Nemesis.
music.




Farouche.
C'est une demoiselle farouche que voilà. Et ça ne pouvait que te rendre encore plus heureux. T'allais enfin te divertir avec quelqu'un qui en a dans le ventre. La preuve, la miss t'avait facilement foutu à terre avec un coup de poing sorti de nul part (à part sa main, soyons LOGIQUE). Tu ricanes avant d'essuyer le sang coulant de ta bouche mais tu restes au sol. Tu la contemple en train de te dominer, de te cracher dessus, de t'hurler des injures à n'en plus finir ... Et t'éclates de rire.

- Vraiment intéressant, alors il n'y aurait pas que des tafioles dans ce quartier de merde !

Tout en restant à terre, tu refous un coup de pied à la demoiselle pour lui faire perdre l'équilibre. Tu te relèves avant de placer ton pied sur son thorax. Pauvre petite chose que voilà, avec des cheveux pareils ... Faut pas s'étonner si on se fait agresser dans la rue comme ça.

- Le p'tit chihuahua va d'abord se calmer et arrêter d'aboyer trois secondes. Tu me diras, c'est plutôt original de se retrouver avec un chihuahua aux poils bleus pétants ... Pour pas dire chienne.

Tu hausses des épaules avant d'écraser un petit peu plus ton poids sur la miss. Elle a raison, t'es qu'un connard qui devrait rester à sa place.

- Maintenant, la miss va me dire où est-ce que je peux trouver des petits membres de l'Ouest. Des petits costaux, ceux qui ne s'écroulent pas en trois secondes par un croche-pied stupide ... Si tu vois ce que je veux dire.

Qu'est-ce que tu pouvais être hargneux quand tu te mettais à jouer avec la colère d'un autre. Mais ça te faisait rire, c'est comme si faire le mal te redonnait un peu de sourire. Mais dans le fond, t'es pas non plus quelqu'un de mauvais, Nurhaci. T'es juste con et insouciant, c'est tout.

- J'ai envie de m'amuser.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2015-11-14, 18:16













nemesis & nurhaci


mdr jtm malgré tout





// u're a fucking hurricane


tu n'as jamais eu de mots ambitieux pour dire aux autres à quel point tu es disloquée. & là, c'est la fin. ton âme n'est plus neuve & tes lèvres fraîches deviennent peu à peu sèches sous le goût saumâtre du sang qui coulait du coin de ta bouche couleur fleur rose. tu sens encore la douleur de ton corps contre le sol noir comme si elle t'était encore ignorée. & pourtant tu as connu tout cela, tu as connu. tu as toujours rêvé d'un avenir doré & te voilà croulante, les saintes blancheurs de ton âme s'envolant au pays fabuleux. ta peau devient très pâle & ton clair regard se détourne, tu essayais de reprendre tes esprits. ces esprits que tu n'as jamais eu, ces esprits qui ne t'ont jamais appartenu. tu avais toujours l'impression d'être une autre fille, nemesis. sans cesse, tu repasses dans ta boîte crânienne ton passé riant.
parce que tu ne sais plus quoi faire de toi-même.

tu entendais ses incitations, ses provocations & surtout, tu sentais la manière dont il te rabaissait en t'écrasant de son pied contre ta poitrine. tes joues sont baignées d'un rouge amour brûlé, un amour qui s'est consumé bout par bout pour donner des cendres. & les cendres c'était la nemesis d'aujourd'hui, au sol & chialant son vécu. ô ton vécu, ton vécu qui te croule continuellement. le fard sous ton œil noir coulait à nouveau & ça te piquait, ça te piquait tellement. tes faiblesses humaines & naturelles refont surface au pire des moments. tu n'as pas d'armes, tu ne peux pas te battre dans cette tenue. tu étais timorée, nemesis. tu n'allais pas te laisser abattre par ce genre de personnes & encore moins par un personne que tu ne connaissais pas. tu ne pouvais pas ; il fallait que tu te réveilles.
tu mords à pleines dents dans sa jambe pour ensuite te relever. tu essuies avec ta manche le sang qui coule de tes lèvres & tu regardes autour de toi. tu remarques une barre de fer au loin. tu lui donnes un coup de pied dans l'estomac en lâchant un couinement, des paroles incompréhensibles & tu te mets à courir courir, le son de tes brodequins claquant le sol dans la ruelle pour ensuite t'emparer de l'arme & de revenir vers lui. tu voulais l'attirer vers la base pour ensuite en finir avec lui, gracieusement & intelligemment. tu ne voulais pas qu'il y ai des témoins. tu fais la première chose qui vient à ton esprit tordu : tu cries. viens te battre où y a personne, monsieur-je-porte-mes-couilles. ton regard perçant le suit. ah oui mais c'est vrai, t'as pas de couilles. j'avais oublié, excuse-moi. tu le dévisages & ton regard s'arrête sur sa toison répugnante. ah & la prochaine fois que tu fais des commentaires sur les cheveux de quelqu'un d'autre, fais en sorte d'avoir une couleur moins dégueulasse que lui. tu seras mignon. hein le petit chinois roux? tu limais tes lèvres ensanglantées en passant ta langue dessus & en lui souriant - un sourire de connasse sans cœur comme tu sais si bien les faire.


robb stark



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2015-11-16, 17:58

Bipolar b.i.t.c.h.

with Nemesis.
music.




En fait, t'aurais dû te méfier un minimum, juste, un minimum. T'as fait ton fier devant ta nouvelle petite victime, elle sera peut-être ton nouveau jouet, cette inconnue aux cheveux couleur produits vaisselles. Et là, elle te mord la jambe puissance mille. Et bordel QUE CA FAIT MAL SALE P*TE. T'as failli te casser la gueule mais tu te contentes de tenir équilibre sur une seule jambe. T'avais bien l'air con comme ça. Très con. Trop con. Ca faisait mal mine de rien et t'avais affaire à une pure sauvage. D'ailleurs, elle s'éloignait de toi pour piquer une barre de fer. Là, vous aviez carrément attiré l'attention de tout le monde autour de vous. Génial, un pestacle.

- Aucun soucis, on peut se casser ailleurs. T'es marrante ! MAIS PUTAIN C'EST QUOI TES CROCS DE PUTE ?!?

C'est qu'elle avait réussi à faire un joli mini trou dans ta jambe, le sang coule et c'était pas beau à voir. Tu soupires avant de faire craquer tes poings. Tu déposes ton pied au sol mais ça fait mal. Snif. T'allais devoir t'habituer à la douleur un moment mais c'était fort embêtant ce qu'elle venait de te faire là. T'avances doucement vers la jeune femme alors qu'elle était à deux doigts de t'empaler avec son bâton de fer. D'ailleurs, son sourire est charmant.

- J'ai peut-être pas de couille mais j'ai pas les ovaires qui pleurent du sang et qui me font péter des câbles comme une petite couillonne tous les mois. D'ailleurs, ma rousseur t'emmerde avec amour. ♥

Tu regardes autour de toi alors que le monde devait un peu trop présent à ton goût. Bon. Pas le choix. Tu craques une nouvelle fois tes mains avant de prendre la demoiselle dans tes bras ... Tout en lui bloquant ses bras. Non parce que si elle te fout un coup dans la gueule alors que tu cherches à fuir la foule, ça va pas le faire DU TOUT. Du coup, tu venais de prendre miss bleu pétant comme un sac à patate tout en ayant volé rapidement sa barre de fer. Puis tu fuis, tu cours pour esquiver toutes les personnes et pour pouvoir trouver un lieu beaucoup plus calme.

Au bout de même pas 3 minutes de course, vous vous trouviez dans une ruelle déserte. Tu sais pas par où t'étais passé vu que ton sens d'orientation est aussi merdique qu'une boussole déboussolée. Parfait. Parfait ! Tu lâches la miss qui tombe par terre comme une crêpe et tu lui rends sa barre de fer. Par contre, ta jambe te fait toujours aussi mal.

- Aller. Montre moi ce que tu sais faire, jouons un petit peu. Montre moi à quel point t'es aussi sauvage qu'un bébé kangourou, chaton.

Tu la regardes de haut, encore une fois. C'était drôle, t'allais bien t'amuser aujourd'hui, Nurhaci.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2015-11-18, 15:41













nemesis & nurhaci


mdr jtm malgré tout





// u're a fucking hurricane


tous tes nerfs n'arrivent pas à se raidir.
tu n'arrives pas à te calmer. mais pourtant tu souris, tu souris encore & toujours dans ses chétifs bras. t'as les yeux obscurs, profonds & tellement vastes. des yeux qui filtrent rien de bon, des yeux qui filtrent que de la pure nuisance - tes grands yeux adorés. ta peau délicate est frottée de saignements au niveau de tes lèvres & tes bras sont rompus sous la force de l'enfoiré qui te porte en ce moment-même. tu n'hurlais pas, tu ne bougeais pas. t'étais jalouse de son insensibilité face à ta connerie maladive & maintes fois tu sentais le vent sur ton visage. tes yeux ne dardaient pas d'éclairs & tu posais sa tête sur son épaule - tu semblais ne pas vouloir voir au dehors. devant lui la foule s'entrouvrait & il allait, courant comme un enfant. tu n'osais pas lui parler, au hasard tu le regardais.

il te jette au sol & tu glisses. ta robe noire en plis serrés tombe autour de tes cuisses. un grognement s'échappe de tes lèvres lorsqu'il te tend la barre de fer. tu la prends sans broncher & tu te redresses, aussi majestueuse qu'une reine sans roi. tu regardes autour de toi. t'étais maintenant dans un endroit pas très fréquentable, enveloppée d'un vague effroi en sentant une nouvelle fois l'alizé sur ton visage. tu lèves tes yeux chargés de solitude vers lui. tu avances à pas lents vers lui. je joue pas moi. si je te casse la gueule, je vais pas faire semblant. & puis tu prends de l'élan avec ton bras pour venir lui latter son visage mais tu te rates. tu refoules dans ton cœur ta pensée de le laisser s'en aller. tu hurles un juron & tu lâches ta barre. fausse silencieuse. tu lui sautes dessus & tu le plaques au sol pour ensuite le prendre par le col, le regard éperdu. si j'avais envie de te buter, je l'aurais déjà fait. mais t'es juste un gros con narcissique, t'as pas l'air d'être si dangereux que ça. la vérité c'est que tu ne veux pas avoir ce genre de choses sur ta conscience déjà bien dépravée. tu entends le passé à travers toi, tu entends des voix qui te demandent de ne pas faire ça. tu ne sais pas comment tu es devenue si violente. tous tes chers souvenirs s’engouffrent en toi & des pleurs salés coulent de ton faciès gris.


robb stark



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-01-20, 20:33

Bipolar b.i.t.c.h.

with Nemesis.
music.




Elle se lève et est à deux doigts de te tabasser la gueule. Manque de bol, tu te décales légèrement pour la laisser se crasher au sol. Bon, elle se casse pas totalement la gueule mais ça aurait été drôle de voir ça. Elle disait qu'elle n'allait pas faire semblant de te frapper, ouais. Bon, t'as l'autorisation de douter sur ses paroles. T'étais à deux doigts de partir parce que ... Elle est chiante en fait. T'es tombé sur la mauvaise personne, la mauvaise fille, le mauvais humain. Mais non, boom, elle te fout au sol. Tu t'y attendais pas trop et ça te faisait sourire d'excitation. Elle avait l'air quelque peu ... enchaîné. Ouais, parfaitement. Puis ses mots te font doucement rire. Elle t'aurait déjà buté, ah bon ?

- Moi ? Dangereux ? Tu me juges trop rapidement, jeune fille. Je ne ferai pas de mal à une mouche.

Sauf aux meufs avec des cheveux bleus. Logic system. Tu tapotes le crâne de la jeune demoiselle avant de te mettre en position fesse sur le sol ... Ou assis, ça fonctionne aussi. T'as la girl sur tes genoux d'ailleurs, elle bouge pas et tu ricanes.

- T'es plutôt drôle et totalement bipolaire. T'étais à deux doigts de m'assassiner pour au final me faire sous-entendre : "ouais non la vulgarité et la violence, c'est pour les tapettes et en vrai, je t'aurais def' mais j'évite, tu vois".

Les gens d'ici sont bizarres et drôle à la fois. On peut pas dire mieux sur toi, Nurhaci. Satané chinois roux mal-aimé. Tu rigoles une nouvelle fois avant de remettre correctement le bandeau sur ta main gauche.

- Tu veux peut-être pas avouer que t'es juste une grosse quiche en combat, c'est tout.

Le genre de personne à dire "oui mais bon en fait au final je pense que c'est pas vraiment pas". En bref, la personne qui réfléchit peut-être deux fois avant d'agir ... Tout ton contraire.

- T'es sûre que tu veux pas m'enfoncer une barre dans la gueule ? Je dis ça parce que je suis inoffensif là.

Pour l'instant.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Bipolar b.i.t.c.h. ► Nemesis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Deux ou trois petites idées pour la Pelle.
» paladin et cuirassier nemesis
» nemesis - Coucou :)
» pedro la castagne ; NEMESIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: PARTY HARD :: LES RPS-
Sauter vers: